Journal de bord

samedi 7 juin 2003

Blogosélectif

J’ai revu ce matin ma blogoliste (blogroll pour Mouche et Steph). Mes liens sont classés en catégories qui vont de “toujours” à “occasionnellement” en passant par “régulièrement”. J’ai également mis à part dans “design & standards” des blogues que j’utilise souvent dans le cadre de mon travail. Il faut savoir que c’est ma blogoliste que j’utilise pour visiter les blogues de jour en jour (je n’utilise pas de signets ou d’agrégateur).

L’idée originelle, c’était d’avoir les blogues classés selon une péréquation entre leur fréquence de mise-à-jour et leur intérêt à mes yeux. De cette façon, si je n’ai le temps que pour regarder une dizaine de blogues, je prends les dix premiers en ayant la certitude d’avoir des choses fraîches et intéressantes à lire. C’est un classement par ordre de priorité à lire.

Hélas, cela ne fonctionne pas ! Pourquoi ? Parce que les blogueurs sont labiles, insconstants, fluctuants et irréguliers, autant dans la qualité que la quantité. Sans compter les vacances et les RTT… Ainsi, du 20 mai au 2 juin, rien chez Michel Dumais, nada, nothing, néant, électroencéphalogramme plat, blogue en état de mort cérébrale. Pareil chez Chryde, dont le Tatoo Happening me gave depuis le 28 mai. Sans compter les petits producteurs parcimonieux et erratiques comme Stéphane ou Sam.

Alors que faire ? Passer à l’agrégateur de nouvelles (mais tout le monde n’a pas de fil RSS) ?

C’est quoi la blogoliste idéale ?

1. Le 7 juin 2003,
manu

Je pense réellement qu’un aggrégateur bien conçu devient particulièrement intéressant dans ce genre de cas. Le mien, par exemple, me signale de nouveaux posts, mais me permet, par défaut, d’ouvrir directement un navigateur pour aller visiter le blog mis à jour. En somme, mon aggrégateur me sert d’avantage de newsTicker.

Ceci dit, c’est vrai que ça ne résoud pas le problème lié à l’absence de RSS sur un blog donné. Ca y contribue un peu, quand même, et on peut ensuite se focaliser essentiellement sur ce type de blog, qui nécessitent une visite systématique. Du coup la blogoliste est modifiée pour faire apparaître en premier les blogs sans RSS, puis les suivants.

Enfin, j’ai adopté pour une liste d’accès rapide sur mon blog, suivie de liens avec plus d’info. Ca me permet à moi d’avoir une blogoliste fonctionnelle et facile d’accès, et à mes visiteurs une liste un peu plus intéressante.

2. Le 7 juin 2003,
François

Je pense que ton classement de toute façon, tu l’as quelque part au fond de ta tête, ce n’est peut être pas utile de le formaliser.

Un classement par date de mise à jour me semble alors en fait assez pertinent.

D’ailleurs, personellement, cette semaine j’ai (provisoirement ?) abandonné l’agrégateur (trop d’infos) pour utiliser à la place une liste de mes favoris (classés par mise à jour) hebergée sur blo.gs. A ce propos, je crois d’ailleurs que marc-o va bientôt développer cette fonctionnalité sur weblogues.com.

3. Le 7 juin 2003,
Laurent

Il y a quelque mois, j’utilisais aussi un aggrégateur, je trouvais cela formidable, mais j’ai finalement abandonné l’outil, victime d’une overdose d’information.

4. Le 9 juin 2003,
Houssein

je n’ai tj pas reussi a trouver un bon aggregateur! j’en ai essayé 3, mais ils ne m’ont pas satisfaits. Au fait c’est quoi les aggrégateurs que vous utilisez ?

5. Le 9 juin 2003,
Laurent

NetNewsWire (seulement pour OS X) http://ranchero.com/netnewswire/

6. Le 9 juin 2003,
François

D’accord avec toi Houssein, on sent le potentiel des bestioles mais le fait est qu’elles ne sont pas encore très évoluées et aujourd’hui pas vraiment satisfaisantes.

Pour cela, il y a beaucoup d’études comportementales à faire avant d’obtenir des produits vraiment commodes. Ce petit monde a vraiment besoin d’un gourou/génie ou d’une grande entreprise avec des gros moyens pour inventer les agrégateurs de seconde génération.

(Perso sinon, j’utilisais Syndirella avant qu’il ne se mette à ramer à cause du trop gros nombre de sources ! et que je l’abandonne.)

7. Le 11 juin 2003,
Tristan Nitot

Pour ma part, je n’ai pas succombé aux sirènes de l’aggrégateur. J’utilise des navigateurs à onglets (Mozilla 1.x, Netscape 7.x, FireBird 0.x) qui supportent les groupes d’onglets en marque page. J’ai ainsi 3 groupes d’onglets, rangés de façon thématique. Un simple clic charge mes dizaines de sites, dont je peux consulter le contenu en restant dans le contexte. C’est ainsi que je trouve matière à mes divagations standbloguiennes !

Blah ? Touitter !

Blogosuicide

Marysia Cywinska-Milonas nous rapporte l’histoire d’une jeune fille de 14 ans qui s’est suicidée le 3 mars. Cette jeune fille de Silésie (sud de la Pologne) avait un blogue. La mère de la disparue a demandé à l’hébergeur Blog.pl de supprimer le blogue, ce qu’elle a obtenu.

Cette histoire soulève encore une fois la question des traces que l’on laisse sur Internet. Mais surtout celle de l’irruption du réel le plus cru dans la blogosphère, et notamment dans la famille des diaristes.

L’Internet a parfois tendance à déréaliser les choses mais derrière tous ces blogues, il y a des êtres de chair et de sang, et cela, on l’oublie parfois.

Dans notre activité d’utilisateur d’Internet, nous côtoyons quotidiennement des dizaines de personnes aux quatre coins de la planète. Tâchons chaque jour d’éviter de sombrer dans l’indifférence, même si nous avons nous-mêmes notre poids à porter. Je pourrais vous citer deux ou trois blogues de personnes qui me font penser au profil de Michael. Des gens souvent brillants par ailleurs. Derrière ces pages, il y a des gens, de vraies gens, et on a parfois tendance à omettre cette dimension. Il y a des cris au secours qui se perdent dans l’océan numérique. Il y a Internet qui enregistre froidement tout cela. Et nous sommes là, seuls face à des détresses que l’on souhaiterait ignorer, on jette le regard de côté comme on le fait dans la rue pour le pauvre qui mendie. On s’habitue à la misère du monde, et l’on devient indifférent.
L’histoire ordinaire de Michael Benjamins

Billets à lire (ou à relire) :
L’histoire ordinaire de Michael Benjamins et La navrante et triste histoire de Brandon Carl Vedas.

PS. J’espère que tu as voté aujourd’hui Marysia. Bienvenue à la Pologne dans la Communauté européenne !

Blogonécro

J’ai la douleur de vous faire part de la disparition depuis le 16 avril (je mets du temps à réagir…) du blogue Petites bulles rouges de Grenadine. Dommage, un si joli nom…

Blogoréalité : un blogue, ça naît, ça vit, ça meure.

Et ça n’a rien à foutre des Cool URIs don’t change.

P.S. En parlant de cool URIs, même les apôtres des standards

1. Le 18 septembre 2003,
Grenadine

Joli nom de retour ;)

Blah ? Touitter !

Publicité gratuite

Vous êtes sous Windows et vous utilisez Internet Explorer ? Sachez qu’il y a beaucoup, beaucoup mieux pour surfer sur le Web : Firebird. Soyez de votre temps (et gagnez du temps), utilisez un navigateur du troisième millénaire.

Téléchargez tout de suite Firebird.

Les raisons pour lesquelles vous devriez passer au navigateur Mozilla Firebird.

Vous êtes sous Mac OS X. Petits veinards, non seulement vous pouvez aussi essayer Firebird, mais en plus vous avez déjà les excellents Camino (ex-Chimera) et Safari.

Vous êtes sous Mac OS X et vous persistez à utiliser le vieux Internet Explorer 5.2.2 ? Vous êtes vraiment désolant.

1. Le 7 juin 2003,
Damelon Kimbrough

Yes, the OS X browser choices have definitely improved over the last year. I pretty much have them all on my system for testing purposes, but I do all my surfing in Safari.

2. Le 7 juin 2003,
edouard

Que vous êtes dur envers les non-doués en informatique! (J’irai télécharger Firebird pour OS X tout de suite, monsieur.)

3. Le 7 juin 2003,
A. L.

Safari, ici, mais je conseille et oblige toute personne à utiliser Firebird.

Blah ? Touitter !

Blogoboursicotage

Je n’ai jamais rien compris au fonctionnement de Blogshares et je n’ai jamais eu trop l’envie de me pencher sur le sujet.

Tout ce que j’observe, c’est que ma cotation grimpe :

graph.png

Mais je découvre aussi, à ma grande surprise, que certains spéculent sur moi ! Dont un certain inconnu prénommé Yurk et le plus connu Merriadoc. Merci de votre confiance d’investisseur :-)

Il y a même MindSmasher qui possède 2500 parts de mon blogue ! Et Houssein 500 parts.

Si je vaux $ 112.58 la part, je suis allé voir du côté de mes petits camarades :
Jean-Luc : $ 1,930.31 (ouch!).
Emmanuelle : $ 616.57.
Karl : $ 318.47 .
Michel : $ 209.95.
Blork : $ 148.20.
Xavier : $ 27.85.
Dolores : $ 15.61.
Delphine : $ 3.74.
Maciej : $ 3.53.
Pierre : $ 1.51.
Martine : $ 1.00 (!).
Cédric : $ 0.36 (pas trouvé en français).
Édouard : Just Added. Not yet indexed. Not available to trade.
Georges : $ 0.00 (pas trouvé).

Le marché me laisse franchement perplexe… Moi qui croyait avoir trouvé une solution pour ma blogoliste

PS. Mais bon, vous savez que je ne suis définitivement pas un libertarien.

1. Le 7 juin 2003,
Damelon Kimbrough

Yurk Yurk (whoever they may be) also owns 190 shares of my weblog. My unclaimed but apparently in play weblog…

2. Le 7 juin 2003,
Laurent

Heu, Damelon, samedi 15 heures… Il fait beau à Lyon, faut sortir !

3. Le 7 juin 2003,
Damelon Kimbrough

It’s now 15:45 and it’s still nice (and hot) here in Lyon :p

4. Le 7 juin 2003,
JLR

A vrai dire pour Blogshares, Laurent, j’y comprends rien non plus, 2 liens de mediatic chez l’ami Howard Rheingold, ca monte… Des citations sur boingboing.net, ca monte aussi… mais la majeure partie des gens qui ont achete ne sont pas francophones… d’ou quel interet ???je ne comprends pas…

il y aussi des francophones qui ne “lient” pas mon blog et qui achetent… franchement, alors la, je n’y comprends plus rien…

bon, c’est pas blogshares qui va changer ma vie… cet outil, c’est pas mon truc du tout… je ne suis pas un boursicoteur de liens et encore moins dans la vie ;-) alors tres perplexe…

5. Le 9 juin 2003,
Steph-le-Nombril

moi j’avoue n’avoir vraiment pas compris grand chose à blogshares (sauf que j’y suis listée) — mais bon, j’ai déjà de la peine avec la bourse “en vrai”, donc…

6. Le 9 juin 2003,
Martine

On peut maintenant acheter des parts de mon blogue dans tous les magasins Dollarama du Québec!

J’y comprends rien non plus. Et puis si quelqu’un veut m’acheter, il/elle n’a qu’à me faire une proposition directe. ;-)

7. Le 9 juin 2003,
Laurent

Même au Dollarama pas Martine… Ce sont pas des huards mais des “vrais” dollars… ;-)

8. Le 10 juin 2003,
Martine

Pffft!

Et puis ce n’est pas le prix de nos parts qui compte, c’est la qualité de nos actionnaires! Et les miens sont drôlement cools!

9. Le 21 novembre 2005,
Damien B

Pfff… si au moins tu regardais Embruns et pas Navire sur BlogShares… http://blogshares.com/viewpressreleases.php?blog=http://embruns.net/

10. Le 21 novembre 2005,
Damien B

Houlàlà, mettre un commentaire sur un post de 2003… pas les yeux en face des trous :-(

Blah ? Touitter !

Déprimant Cosmos

Déprimant Cosmos

Ranked by Blog authority (Rank by freshness)

1: Merde in France 142 inbound blogs, 164 inbound links (Last updated 1 day 17 hours 23 minutes ago)
Aujourd’hui est la journée nationale contre l’homophobie au Canada (le Consulat Général de la France au Québec y participe). Alors, pourquoi les
(Link created 2 days 17 hours 35 minutes ago) (Cosmos)

2: Merde in France 142 inbound blogs, 164 inbound links (Last updated 1 day 17 hours 23 minutes ago)
via Dispatch Emmanuelle Entre Nous Expat Egghead Fainting in Coyles Running w/Scissors Thimble Full of Thorns Verbero Iran: Iranian Girl Iraq/Irak: Where is Raed? The Looking Glass/Pays des Merveilles: Very Very Happy La Troïka: Les Autres Carion.org Navire.net Important:
(Link created 57 days 4 hours ago) (Cosmos)

3: Merde in France 142 inbound blogs, 164 inbound links (Last updated 1 day 17 hours 23 minutes ago)
kets. The high euro is happening at just the wrong time for the French and German economies. Far be it from me to suggest that a little benign neglect is just the first phase of punishment directed at the German and French economies. Note that UK, US, and Polish exports are now favored.
(Link created 10 days 20 hours 48 minutes ago) (Cosmos)

4: Merde in France 142 inbound blogs, 164 inbound links (Last updated 1 day 17 hours 23 minutes ago)
drais pas suggérer, loin s’en faut, qu’un peu de douce insouciance de la part des autorités monétaires amércaines n’est que le premier phase des punitions dirigées contre les économies allemande et française. A présent, ce sont les exportations US, UK, et polonaises qui sont favorisées.
(Link created 10 days 20 hours 48 minutes ago) (Cosmos)

5: Merde in France 142 inbound blogs, 164 inbound links (Last updated 1 day 17 hours 23 minutes ago)
Today is a National Day Againt Homophobia in Canada (The French Consulate in Quebec is participating). So how come the truly
(Link created 2 days 17 hours 35 minutes ago) (Cosmos)

1. Le 7 juin 2003,
Merde in France

Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Blah ? Touitter !

Coniglio Romano

Bon, je blogue beaucoup aujourd’hui, mais mon lapin est parti quelques jours à Rome, alors le blogage sert de substitut.

PS. Vous-autres de la blogosphère, estimez-vous heureux que j’aie un lapin que j’aime, sinon vous seriez submergés par ma production.

Chronique d’une mort annoncée

Etat de votre espace disque

Espace total disponible :
80 Mo

Espace utilisé :
19472 Ko (19.02 Mo) (23.77%)

Espace restant :
62448 Ko (60.98 Mo)

Dans 76,23 %, j’arrête.

1. Le 7 juin 2003,
Killermart

va falloir que tu passe la balayeuse!

Blah ? Touitter !

François Huber, Nouvelles observations sur les abeilles

Je possède l’édition originale des Nouvelles observations sur les abeilles adressées à M. Charles Bonnet par François Huber, à Genève, chez Barde, Manget & compagnie, Imprimeurs-Libraires. 1792. [368 pages + errata + 2 planches].

Je sais que ce livre est assez précieux pour les amateurs, aussi, j’en fait don gracieux à la première bibliothèque nationale (ou tout autre organisme public, de n’importe quel pays, prêt à en assurer la préservation pour les générations futures) qui se manifestera auprès de moi et qui me trouvera au gré d’un moteur de recherche.

Mots clés : François Huber, Charles Bonnet, François Burnens, Genève, abeille, abeilles, Apiarian Science, apiculture, 1792, hyménoptères, apoïdes, halictidés, andrénidés, mégachilidés, xylocopidés, halictes, apidés, méliponidés, Suisse, aveugle.

PS. Et oui, un blogue, cela peut servir aussi à ça.

PS. bis. Il faudra à l’occasion que je vous raconte la formidable aventure de François Huber, scientifique suisse, qui est à la base de l’étude sur les abeilles tout en étant aveugle.

Je vous cite la préface [orthographe en français contemporain par mes soins] :

“En publiant mes observations sur les abeilles, je ne dissimulerai point que ce n’est pas de mes propres yeux que je les ai faites. Par une suite d’accidents malheureux, je suis devenu aveugle dans ma première jeunesse [23 ans] ; mais j’aimais les sciences, & je n’en perdis pas le goût en perdant l’organe de la vue. Je me fis lire les meilleurs ouvrages sur la physique & sur l’histoire naturelle : j’avais pour lecteur un domestique (François Burnens né dans le Pays-de-Vaud) qui s’intéressait singulièrement à tout ce qu’il me lisait : je jugeai assez vite par les réflexions sur nos lectures, & par les conséquences qu’il fallait en tirer, qu’il les comprenait aussi bien que moi, & qu’il était né avec les talents d’un observateur. Ce n’est pas le premier exemple d’un homme, qui, sans éducation, sans fortune, & dans les circonstances les plus défavorables, ait été appelé par la nature seule à devenir naturaliste. Je résolus de cultiver son talent & de m’en servir un jour pour les observations que je projetais : dans ce but, je lui fis répéter d’abord quelques-unes des expériences les plus simples de la physique ; il les exécuta avec beaucoup d’adresse & d’intelligence ; il passa ensuite à des combinaisons plus difficiles. Je ne possédais pas alors beaucoup d’instruments, mais il savait les perfectionner, les appliquer à de nouveaux usages, & lorsque cela devenait nécessaire, il faisait lui-même les machines dont nous avions besoin. Dans ces diverses occupations, le goût qu’il avait pour les sciences devint bientôt une véritable passion, & je n’hésitai plus à lui donner toute ma confiance, parfaitement assuré de voir bien en voyant pas ses yeux.

La suite de mes lectures m’ayant conduit aux beaux mémoire de M. de Réaumur sur les abeilles, je trouvai dans cet ouvrage un si beau plan d’expériences, des observations faites avec tant d’art, une logique si sage, que je résolus d’étudier particulièrement ce célèbre auteur, pour nous former mon lecteur & moi à son école, dans l’art si difficile d’observer la nature. Nous commençâmes à suivre les abeilles dans des ruches vitrées, nous répétâmes toutes les expériences de M. de Réaumur, & nous obtînmes exactement les mêmes résultats, lorsque nous employâmes les mêmes procédés. Cet accord de nos observations avec les siennes me fit un extrême plaisir, parce qu’il me donnait la preuve que je pouvais m’en rapporter absolument aux yeux de mon élève. Enhardis par ce premier essai, nous tentâmes de faire sur les abeilles des expériences entièrement neuves ; nous imaginâmes diverses constructions de ruches auxquelles on n’avait point encore pensé, & qui présentaient de grands avantages, & nous eûmes le bonheur de découvrir des faits remarquables qui avaient échappé aux Swammerdam, aux Réaumur & aux Bonnet. Ce sont des faits que je publie dans cet écrit : il n’en est aucun que nous n’ayons vu & revu plusieurs fois, pendant le cours de huit années que nous nous sommes occupés de rechercher sur les abeilles.

On ne peut se faire une juste idée de la patience & de l’adresse avec lesquelles mon lecteur a exécuté les expériences que je vais décrire : il lui est arrivé souvent de suivre pendant 24 heures, sans se permettre aucune distraction, sans prendre ni repos ni nourriture, de suivre, dis-je, quelques abeilles ouvrières de nos ruches, que nous avions lieu de croire fécondes, afin de les surprendre au moment où elles pondraient des oeufs. D’autres fois, lorsqu’il nous importait d’examiner toutes les mouches qui habitaient la ruche, il ne recourait pas à l’opération du bain, qui est si simple & si facile, parce qu’il avait aperçu que le séjour dans l’eau défigure les abeilles jusqu’à un certain point, & ne me permet plus de reconnaître les petites différences de conformation que nous voulions constater ; mais il prenait entre ses doigts, une à une, toutes les abeilles, et les examinait avec attention sans redouter leur colère : il est vrai qu’il avait acquis une telle dextérité, qu’il évitait pour l’ordinaire les coups d’aiguillon ; mais il n’était pas toujours aussi heureux, & lors même qu’il était piqué, il continuait son examen avec la tranquillité la plus parfaite. Je me reprochais fréquemment de mettre son courage & sa patience à une telle épreuve, mais il s’intéressait aussi vivement que moi au succès de nos expériences, & dans l’extrême désir qu’il avait d’en connaître les résultats, il comptait pour rien la peine, la fatigue & les douleurs passagères des piqûres. Si donc il y a quelque mérite dans nos découvertes, j’en dois partager l’honneur avec lui ; & c’est une grande satisfaction de lui assurer cette récompense, en lui rendant publiquement justice.

Tel est le récit fidèle des circonstances dans lesquelles je me suis trouvé : je ne me cache point que j’ai beaucoup à faire pour gagner la confiance des naturalistes ; mais pour être plus sûr de l’obtenir, je me permettrai ici un léger mouvement d’amour-propre. J’ai communiqué successivement à Mr. C. Bonnet mes principales observations sur les abeilles, il les a trouvées bonnes, il m’a exhorté lui-même à les publier, & c’est avec sa permission que je les fais paraître sous ses auspices. Ce témoignage de son approbation est si glorieux pour moi, que je n’ai pas pu me refuser au plaisir d’en informer mes lecteurs.

Je ne demande point qu’on me croie uniquement sur ma parole : je ne raconterai nos expériences & les précautions que nous avons prises : je détaillerai si exactement les procédés que nous avons employés, que tous les observateurs pourront répéter ces expériences, & si alors, comme je n’en doute point, ils obtiennent les mêmes résultats que moi, j’aurai cette consolation, que la perte de ma vue ne m’aura pas rendu tout-à-fait inutile au progrès de l’Histoire Naturelle.”

PS. Sûr que la Grande Rousse ne restera pas insensible à cette belle langue du XVIIIe siècle… Si tous les blogues parlaient de même…

1. Le 7 juin 2003,
grande rousse

très très très grand soupir

2. Le 8 juin 2003,
barijaona

Laurent, je triche un peu : je ne suis pas un organisme public, ni ne travaille pour, mais je plaide pour le Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique…

mail : cidst@bow.dts.mg web : http://www.refer.mg/rec/cidst/ac_cid.htm

Parce qu’ils n’ont certainement pas un budget permettant de surfer des heures d’affilée sur internet.

Parce que, pour cause de déboisement intensif, les abeilles sont une des nombreuses espèces menacées ici.

Et pourtant, je n’aime pas trop le miel :-)

3. Le 20 novembre 2005,
Emile

Est-il encore disponible? La société d’apiculture de Genève de même que celle de la Suisse Romande serait intéressée. Huber était de la région

Merci pour votre réponse

Blah ? Touitter !

Pisser dans un violon…

C’est parfois l’impression que je me fais en bloguant. Et vous ?

1. Le 7 juin 2003,
Thomas

Vous êtes bien sombre aujourd’hui :-(

Changez pour une contrebasse ! ;)

2. Le 8 juin 2003,
Laurent

Si vous saviez comme j’aime les contrebassistes :-)

3. Le 8 juin 2003,
Thomas

Moi aussi, c’est juste que c’est plus long à remplir, une contrebasse ;)

4. Le 8 juin 2003,
melfrid

Pisser dans un violon, c’est parfois l’impression que je me fais en me levant le matin. Je sais, je suis bien sombre.

5. Le 8 juin 2003,
Shift

La vie elle-même consiste à pisser dans un violon. Parfois on nous force à pisser dans tel ou tel violon et parfois on peut choisir nous même notre violon :)

6. Le 8 juin 2003,
Matoo

Je suis bien d’accord avec le navire… Pas toujours encourageante la vieuuuuuuuh ! :))

7. Le 9 juin 2003,
Delphine

Non, pas moi. Au contraire je vois des consequences a mes ecrits, et c’est super motivant.

8. Le 26 août 2003,
François Granger

DATE: 06/08/2003 01:38:37 PM Pourquoi la Pentecôte vous rend-t-elle moroses ? ;-)

Moi aussi, j’ai cette impression-là, mais la blogosphère française est encore à construire….

Blah ? Touitter !