Journal de bord

lundi 5 novembre 2007

Maljournalisme

“Tout ce qui est interdit aux médias classiques écrits et audiovisuels est permis sur Internet.”

Voici la phrase introductive de l’éditorial du Monde, qui semble s’être donné mission d’allier l’ignorance crasse et la suffisance moralisatrice.

[…] Tout n’est certainement pas permis sur internet. De surcroît, les erreurs peuvent y être corrigées, comme le démontre aisément cette affaire.

En revanche, dans le domaine de la presse papier, les contre-vérités et les approximations les plus médiocres fleurissent sans que rien n’y fasse.

[Diner’s Room : “Wikipedia en référé dans le journal de référence”.]

1. Le 5 novembre 2007,
Jujupiter

Depuis l’affaire Cecilia, la guerre entre le journalisme traditionnel contre la blogosphere fait rage. Les deux ont chacun leurs avantages et leurs inconvenients et ce debat va peut-etre permettre de delimiter les perimetres de chacun. Vous voyez ce que je veux dire? Non?! C’est normal, je suis fatigue ce matin.

2. Le 6 novembre 2007,
restaurant lyon

Un élément qui fait la différence, la réactivité. Le temps de publication sur Internet est tellement court que cela incite parfois à mettre une information en ligne avant même de la vérifier. Donc, la réactivité est à la fois un avantage certain, à la fois elle tend à rendre le support moins fiable.

Blah ? Touitter !

Du côté des pédés de droite

Un membre du bureau de GayLib, l’association gay liée à l’UMP, a commenté tout récemment la non exclusion de Christian Vanneste de l’UMP, en affirmant : “Sarkozy n’a pas voulu se brouiller avec l’Opus Déi”. [XIII, “Vanneste, Sarkozy et l’Opus Déi”.]

Comme je le disais à mon cher Autheuil mercredi dernier, GayLib, ce n’est qu’une bande de masos passifs qui aiment se faire enculer à sec, du genre qui couine “oui, fais moi mal, j’adore, encore”.

Christian Vanneste, philosophe remarquable qui s’illustre régulièrement par la finesse des propos et l’ouverture d’esprit à l’égards des minorités sexuelles, combattant des libertés, serait donc en passe d’être investi par l’UMP aux municipales de Tourcoing.

1. Le 5 novembre 2007,
XIII

Avec ça, tu vas sans doute repasser devant Authueil dans le classement de mes referers ! :-)

2. Le 5 novembre 2007,
Anne Onyme

Attend XIII, je peux faire encore mieux et faire exploser ton trollomètre :-)

3. Le 6 novembre 2007,
Irène

GayLib devrait demander le parrainage de Cécilia Sarkozy… Ah, zut, trop tard, elle a déjà divorcé !

Blah ? Touitter !

Retournement de vestes roses

Libération : “Pourquoi les nonistes du PS votent oui au nouveau traité”, par Mesdames Gaillard et Patrie, et Messieurs Peillon, Assouline, Bascou, Gaubert, Guérard, Martin, Roger, Saulnier, Terrasse et Thomas.

Toutefois, le contexte est tout aussi déterminant. Ce qui a motivé, en 2005, notre opposition au traité constitutionnel, c’est le défaut d’Europe. Ce qui justifiait notre stratégie, c’est que l’on puisse prendre appui sur le non pour exiger plus d’Europe, là où nous en avons besoin. En 2005, la gauche française avait la perspective d’une victoire à la présidentielle. Elle aurait eu à conduire elle-même la renégociation, puis à assumer la présidence française de l’Union qui s’ouvrira en juin. Ce n’est plus le cas. Dès lors, la stratégie développée à l’époque est caduque. Il y a bien eu renégociation, comme nous le disions, mais c’est Nicolas Sarkozy qui l’a menée et qui en a gâché la force. Aujourd’hui il faut voter sur le texte et non sur celui que nous imaginions. Si le traité de Lisbonne n’est pas adopté, nous en resterons à Nice, et pour longtemps.

Brillante démonstration. Ces “stratèges” me semblent devenus ouiistes en 2007 pour d’aussi mauvaises raisons qu’ils étaient nonistes en 2005…

Jean-Luc Mélenchon va commencer à se sentir esseulé.

1. Le 5 novembre 2007,
Guillermito

Ce billet est un appeau a trolls. Cachons-nous dans les fourrés et attendons.

2. Le 5 novembre 2007,
Eolas

@ Guillermito : c’est l’époque du frai, ils ne sont pas facile à attirer. Attendez, je dépose des phéromones…

(S’éclaircit la gorge)

En tout cas, dieu merci, on échappe au référendum pour la ratification.

Ca devrait être bon, là.

3. Le 5 novembre 2007,
Jujupiter

Tout ca pour ca. On a vraiment perdu du temps et l’occasion d’avoir une Constitution pour rien en fait.

4. Le 5 novembre 2007,
XIII

Je me cache dans les fourrés aussi alors (Laurent, tu partages un fourré avec moi ?), ça vaut le coup d’attendre un peu, on devrait bien se marrer ! :-)

5. Le 5 novembre 2007,
Laurent Gloaguen

Avec vos commentaires à la con, vous allez effrayer les trolls… ;-)

6. Le 5 novembre 2007,
Dagrouik

Laurent, bien vu !

Personnellement j’ai changé d’avis pour une simple raison : un simple article de plus dans l’ensemble, qui permet de rediscuter de façon plus démocratique le truc une fois voté. Ca me parait bien plus costaud comme justification que ces grotesques explications tactiques dignes d’une cour d’école lors d’une bataille de billes ou de pokemon. Je leur conseille de lire l’article 33 du nouveau traité, ils seront moins ridicules.

D’ailleurs, ça n’a pas loupé: le politbüro est venu me condamner illico presto aux mines de sel chinoises, en me traitant de blairiste vendu à l’OCDE et je ne sais quoi encore.

7. Le 5 novembre 2007,
Cratyle

Autre argument possible et à mon avis raisonnable: un traité appelle par nature une révision régulière, de nouveaux développements, des opportunités de progrés, quand une constitution se veut bien plus stable et bien plus installée - les symboles sont rarement sans effet politique -.

Mais nos amis stratéges ne semblent pas gouter tout cela: le courant peillonien doit rarement faire dans le premier degré…

8. Le 5 novembre 2007,
Lancelot

XIII > je peux venir dans les fourrés aussi ?

9. Le 5 novembre 2007,
Eolas

@Dagrouik : Éclat de rire. Parfait exemple de l’obstination des nonistes à dire qu’ils ne se sont pas trompés et que leur retournement de veste est signe d’une victoire.

Article 33 du nouveau traité :

Le gouvernement de tout État membre, le Parlement européen ou la Commission peut soumettre au Conseil des projets tendant à la révision des traités. Ces projets peuvent, entre autres, tendre à accroître ou à réduire les compétences attribuées à l’Union dans les traités. Ces projets sont transmis par le Conseil au Conseil européen et notifiés aux parlements nationaux.

  1. Si le Conseil européen, après consultation du Parlement européen et de la Commission, adopte à la majorité simple une décision favorable à l’examen des modifications proposées, le président du Conseil européen convoque une Convention composée de représentants des parlements nationaux, des chefs d’État ou de gouvernement des États membres, du Parlement européen et de la Commission. (…)

Article IV-443 du défunt TCE :

  1. Le gouvernement de tout État membre, le Parlement européen ou la Commission peut soumettre au Conseil des projets tendant à la révision du présent traité. Ces projets sont transmis par le Conseil au Conseil européen et notifiés aux parlements nationaux.
  1. Si le Conseil européen, après consultation du Parlement européen et de la Commission, adopte à la majorité simple une décision favorable à l’examen des modifications proposées, le président du Conseil européen convoque une Convention composée de représentants des parlements nationaux, des chefs d’État ou de gouvernement des États membres, du Parlement européen et de la Commission.

Le texte qui vous a fait changé d’avis, la “raison simple”, l’article de plus dans le machin, il était déjà dans le TCE. Sauf qu’on a ajouté la phrase «Ces projets peuvent, entre autres, tendre à accroître ou à réduire les compétences attribuées à l’Union dans les traités.» Ouf, on a eu chaud. On avait oublié de dire que les révisions pouvaient ajouter des pouvoirs à l’Union, lui en retirer, ou faire toute autre chose. La démocratie est sauvée en Europe.

Qui est ridicule, dites-vous ?

10. Le 5 novembre 2007,
Dagrouik

@Eolas: la base de la pédagogie c’est de ne pas se moquer des erreurs des autres, cela grandit le pédagogue vous ne trouvez pas ?

Ces projets peuvent, entre autres, tendre à accroître ou à réduire les compétences attribuées à l’Union dans les traités.

Cette phrase est lourde de conséquences, elle permet justement de re-calibrer l’UE en fonction des désirs de certains états d’aller plus loin par exemple. Si cela a été rajouté c’est sans doute pour une bonne raison: ça a du être demandé, Cela ne s’est pas fait par l’opération du saint-esprit!

Vous ne trouvez pas maître? Cela fait partie des évidences qu’on doit parfois rappeler au risque de ne pas y avoir droit… ça doit vous rappeler certaines choses !

11. Le 5 novembre 2007,
celui

@Dagrouik: il faut savoir, soit Eolas se moquait de ton erreur, soit cette phrase ne change rien.

12. Le 5 novembre 2007,
celui

Je réécris le commentaire précédent sans me trompe.r.

@Dagrouik : il faut bien se décider un jour ou l’autre. Si Eolas se moque de ton erreur, alors cette phrase ne change rien. L’explication “si ça a été ajouté, c’est que ça a été demandé”, non seulement n’est pas évidente, mais surtout ne prouve pas du tout que si cela a été ajouté, alors cela est utile. Nous avons une majorité qui nous le rappelle régulièrement.

13. Le 5 novembre 2007,
Eolas

@ Dagrouik : la pédagogie en la matière, j’ai donné. Il y a un moment où le refus de comprendre ne s’explique plus par la stupidité, mais au contraire par l’intelligence dévoyée. Maintenant, je me contente de me marrer, c’est moins fatigant et plus gratifiant.

Car quand vous en êtes à me sortir que cette phrase :

Ces projets peuvent, entre autres, tendre à accroître ou à réduire les compétences attribuées à l’Union dans les traités.

bref, qu’on peut faire ceci, ou le contraire, ou autre chose, est lourde de conséquence, je ne peux pas croire une seconde que vous soyez sérieux. J’ai trop d’estime pour vous.

14. Le 5 novembre 2007,
Laurent

Et ben mince alors, faut-il vraiment manquer d’amour propre et ne pas avoir peur du ridicule pour oser publier un texte comme celui-ci dans Libé.

C’est vraiment dur d’avoir un code génétique aussi semblable que celui de ces cons !

15. Le 5 novembre 2007,
marie-hélène

On ne va quand même pas se priver de se moquer des nonistes dont le penseur suprême, l’homme qui puisait sa sagesse dans les carottes râpees pas fraiches, n’avait adopté ce parti que dans le souci draguer une clientèle qui le boudait. C’est bien de raconter des conneries aux gens, mais faut pas choisir des conneries dont l’étendue va être mise en évidence par la réalité dans les mois suivants. Faut chosir des trucs dont la bêtise n’est pas immédiatement démontrable. Là, le projet alternatif promis par Fabius, croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, ben tout le monde a vu qu’il n’y avait rien à voir. Il aurait du regarder Sar Rabindranath Duval et s’en inspirer, merdre alors.

16. Le 5 novembre 2007,
Dagrouik

@Eolas: oui, on peut faire plus ou moins, mais ça c’est à nous de le décider. Dois-je préciser que je suis une raclure fédéraliste et que pour moi l’Europe à 25 en mode “tiroir-caisse”, c’est non merci. Douce utopie, parait-il. On pourra peut-être parler de tout ça à Paris-Carnet, si je ne succombe à de multiples crises de rire. En effet demain matin je vais ferrailler avec une de vos consoeures au TI du 20ième et celle-ci a oublié de me fournir conclusions, pièces et preuves de ces accusations. Je sens que ça va être bref, intense…

17. Le 6 novembre 2007,
JP

Pas la peine d’attendre le troll, puisque c’est lui qui a lancé le fil, en extrayant du texte l’unique paragraphe alambiqué. Il y aurait eu matière à discuter les arguments plus sérieux qui en constituent la plus grande partie. Mais bon, la grande spécialité de ce lieu, c’est d’éviter de rabaisser la discussion au niveau des arguments, on y préfère que volent les sarcasmes altiers.

18. Le 6 novembre 2007,
Eolas

@ JP : Jean Quatremer aussi évite de rabaisser la discussion au niveau des arguments, et préfère que volent les sarcasmes altiers ?

Ha, en fait, tout ceux qui oseront noter le tour de souplesse dorsale de ceux qui retournent leur veste en chantant on a gagné seront traités avec des sarcasmes. La méthode noniste réchauffée, en somme. Susceptibilité surjouée, accusation de mépris des ouistes, et on esquive le débat, c’est le terrain où on est le plus mauvais.

19. Le 6 novembre 2007,
Eolas

@ Dagrouik le fédéraliste : On est 27 dans l’Union.

20. Le 6 novembre 2007,
ALLAIN JULES C@MMUNICATION

Ce commentaire est considéré comme non pertinent et a été effacé.

21. Le 6 novembre 2007,
JP

@Eolas

Quatremer argumente, lui. Et, Merci Eolas, en effet cela nous montre qu’il y avait matière à faire mieux ici..

Sinon, et bien, vous tentez de retourner l’accusation. Mais c’est contrarié par la réalité: il y a bel et bien ds ce fil bcp plus de sarcasmes que d’arguments.

Et ce n’est pas votre dernière intervention qui y remédie sérieusement.

22. Le 6 novembre 2007,
OlivierJ

Merci Eolas pour l’article très pertinent de Jean Quatremer.

Je crois qu’on a assez lu Dagrouik ici pour savoir qu’en matière d’argumentation, il est un peu léger. J’espère pour lui qu’il est plus convaincant sur son blog.

23. Le 6 novembre 2007,
Eolas

@JP : Ha, je rajeunis de deux ans.

Dès qu’on mettait le nez des nonistes dans leur caca, c’était le drapage dans leur superbe : « Fi donc, vraiment, quel mépris, ces ouistes. Vous avez employé le mot “caca”. Vous êtes vulgaire. Ha, ne me dites pas que c’est moi qui ai déféqué, je ne vous écoute plus. Si c’est des gens comme vous qui vont faire l’Europe, je suis vraiment convaincu de voter non ».

A l’époque, ça m’énervait. Puis quand on comprend qu’on est en face de gens imperméables aux arguments, on arrête de se prendre la tête et on rit de leur bêtise. L’avantage, deux ans après, c’est les ralliements honteux, qui sont encore plus désopilants. « Ha, mais regardez cet article 33 : voilà ce que je voulais ! C’est le petit truc qui change tout ! Ha, que n’ai-je eu un article 33 en 2005, j’aurais voté oui avec joie ! Comment ? L’article 33 était l’article 445 ? Allons, soyons sérieux. Comment vouliez vous que je votasse oui à un article 445 ? »

Et comme là il n’y aura pas de référendum, n’espérez pas que je passe encore du temps à expliquer et à argumenter. J’ai perdu trop de temps il y a deux ans et l’Europe fédérale en a perdu bien trop elle aussi. Je vais juste déguster la coupe froide d’ambroisie de la vengeance en regardant les ralliés de la 25e heure boire leur coupe amère jusqu’à la lie, et rirai de leurs grimaces.

24. Le 6 novembre 2007,
Dagrouik

@Eolas et JP : moquez, moquez, moquez, recommencez la même campagne qu’en 2005 et cela nuira au débat, ni plus ni moins. le caca des ouistes vaut le caca des nonistes, question de texture et d’odeur tout se vaut. Et ensuite vous vous plaindrez d’être méprisés par d’autres. Ensuite vous ne comprendrez pas le décalage entre la boboglosphère et les citoyens de ce pays.

En quoi ce ralliement est il honteux? au contraire vous devriez être grand seigneur, il parait que seuls les cons ne changent pas d’avis.

Quand à JP: oui je prend du temps sur mon blog, c’est pour ça que je suis passé de 1000ième a 113 ici et de 900ième ailleurs à 18.. et avec 80% du trafic hors moteurs de recherche et blogs (et sans concours de bite) J’ai même un troll UMP attitré qui me sert à avoir des idées de billet, pratique non?

Ici donc c’est bizarre, mais on a ajouté une précision à l’article 33 sans que personne la demande, et elle n’a donc aucune importance à vous croire. tout cela me confirme que beaucoup de oui-istes de 2005 se contentent de l’option “tiroir-caisse” Et qu’il faudra faire homologuer ce miracle par Benoit X-V-1!

25. Le 6 novembre 2007,
Esurnir

L’ajout de l’article 33 ne change strictement rien a l’état du droit. Ce n’est juste qu’un effort “pédagogique” tout simplement parceque les euro-sceptique anglais et les fédéraliste français était imperméable a toutes explication du type “Mais vous êtes bouché ! On ne grave pas dans le marbre, regardez l’article 445 il y a une procédure qui existe afin de modifié la constitution !”. Et c’est pour cela que “sans qu’on leur demande” (ah ah ah !) on rajoute une déclaration d’intention dans la constitution disant “c’est pas du marbres (mais c’est pas de la gélatine non plus) vous pouvez ajoutez et soustraire des compétence !” quand vous expliquez un texte est insuffisant eh bien on change le texte et on cède face a la faiblesse d’esprit des nonistes.

26. Le 6 novembre 2007,
Eolas

@Dagrouik : quelle campagne ? Il n’y aura pas de campagne. Ce sera une ratification au Congrès. Grâce à laquelle l’UE va devenir une telle usine à gaz que plus jamais on ne consultera le peuple par referendum sur son fonctionnement. Sauf le jour où enfin l’Europe deviendra fédérale. Ce que, grâce à votre non fédéraliste de 2005, nous ne connaîtrons probablement pas de notre vivant.

Enfin, il y a quand même plus de chances que je le voie que de chance qu’on voit un plan B noniste.

27. Le 7 novembre 2007,
JP

@ Dagrouik, juste pour info:

http://embruns.net/carnet/actus-et-opinions/traite-constitution-europe.html#c1789

@ Eolas: Bravo, mon filou!

28. Le 7 novembre 2007,
Anne Onyme

Ah ouiche, le Quatremer c’est du sérieux.

Cf. débat entre icelui et X.Delcourt, fervent ouiste pourtant :

J4M : “…Quant au traité de Lisbonne, il faut le répéter sur quel ton: il ne change rien aux politiques communes, notamment en matière de commerce international.”

X. Delcourt : “JQM, je comprends bien que c’est une manière de dire vite, mais tout de même, si, ce traité change pas mal de choses en matière de politiques communes, d’abord (pas seulement) parce qu’il modifie pas mal leur mode d’exercice, et tiens, précisément en matière de politique commerciale. Celle-ci devient une compétence exclusive de l’Union et le vote à la majorité qualifié y est généralisé, à l’exception de deux domaines: les services culturels et audiovisuels, et les services sociaux, d’éducation et de santé.”

J4M : “les négociations commerciales sont déjà une compétence exclusive de l’Union. Le vote à la MQ est déjà la règle sauf précisément en matière de services. Ce que change le traité de Lisbonne, c’est l’extension de la majorité qualifiée à certains aspects desdits services. Ce qui au final continue à donner un droit de veto à chaque Etat sur le résultat des négociations puisque le vote final est global (cela a été toujours le cas). Sur l’extension du vote à la majorité: ce n’est pas un changement de fond. Ce que je voulais dire, c’est que les compétences de l’Union ne sont pas étendues et que, surtout, elles ne sont pas modifiées.”

XD : “Je ne cherche surtout pas une altercation là dessus (ni sur rien d’autre). mais les changements par rapport à Nice sont réels. - La notion de compétence exclusive appliquée à la politique commerciale est affirmée pour la première fois dans un traité (article 3) - l’article 133 (désormais 188 C) a été totalement réecrit, et cette compétence est profondément élargie (aux services, aux aspects commerciaux de la propriété intellectuelle, aux investissements étrangers directs) . Le Parlement y conquiert d’ailleurs la codécision sur “les mesures définissant le cadre dans lequel est mise en oeuvre “ cette politique. Plus généralement, je crois qu’il est temps de redevenir précis et rigoureux, quitte à faire parfois un peu ennuyeux. La campagne référendaire de 2005 avait abouti à des oppositions grosses comme des dents creuses. Rien d’important n’y a été dit, parce que rien ne pouvait être dit dans ce contexte.. Il ne s’agit pas de continuer. Ce traité modifie très profondément l’Union. Il ne donnera pas lieu à un débat contradictoire, c’est ainsi. Mais il importe d’informer sur ce qu’il établit. Parce que l’on entre dans le temps de l’Europe politique, et qu’il importe de donner des instruments à ceux qui veulent y exercer leurs droits à participer à cette phase politique.”

J4M : “sur le commerce international, encore une fois, cela a toujours été une compétence exclusive. Ce n’est pas parce que ce n’était pas dit que ce n’était pas le cas (comme la supériorité du droit européen sur le droit national). Le traité de Lisbonne ordonne les compétences et en les ordonnant, clôt la liste. D’ailleurs, il reprend une innovation de la Constitution sur l’extension des compétences de l’UE par voie de conséquence (si j’ose dire), qui empèchera à l’avenir une extension indéfinie des compétences de l’Union. Encore une fois, le fonctionnement de l’Union est modifié, pas sa substance: les politiques resteront ce qu’elles sont, c’était le débat.”

XD : “Dans sa version mise en iigne par la présidence portugaise, le texte modificatif du TUE et du TCE (rebaptisé TFUE) approuvé à Lisbonne court sur 152 pages. Les modifications portant sur les institutions, sont comprises à la fois dans le TCE (pages 10 à 17 ) et dans le TFUE (pages 110 à 146): 39 pages. Les modfications portant sur les politiques communes, elles, se répartissent ainsi - TCE : Pesc et PESD: pages 18 à 32: 20 pages - TFUE : page 52 à 105. Soit tout de même 54 pages. Soit 74 pages de moficiations en tout, sur 152, auxquelles il faut ajouter les protocoles, et pour interprétation, les déclarations. Je crois donc- je suis certain qu’il est- imprudent d’affirmer que seul le “fonctionnement” des politiques est modifié, pas leur substance. Je ne crois d’ailleurs pas que cette distinction soit opératoire.”

l’intégralité des débats ici (work in progress) http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2007/11/le-ps-encore-et.html

Je fais le troll là comme ça, mais Maître Eolas a raison : les nonistes sont des chiens, et leur place est à la niche.

29. Le 7 novembre 2007,
Docteur Sigmund

Mais par qui avez vous été mordu en réalité?

Blah ? Touitter !