Journal de bord

mercredi 23 janvier 2013

Thermomètre

Ou “slutometer”…

Slutometer

Au-dessus de “provocative”, j’imagine que tu as le droit de la violer. Elle n’attend que ça. Les filles, toutes des putes, sauf ma mère.

[Photo Rosea Posey.]

1. Le 23 janvier 2013,
Krysalia

oh déjà flirty tu sais… et même, matronly, c’est qu’elle veut se la jouer inaccessible !

2. Le 23 janvier 2013,
Virgile

Cette image circule depuis longtemps, et ce qui m’amuse, c’est qu’en l’absence de slogan ou de tag line, on peut l’interpréter dans deux sens diamétralement opposés :

  • soit pour dénoncer la mentalité masculine qui veut que les femmes qui portent des mini-jupes cherchent une relation sexuelle et/ou sont des filles faciles ;

  • soit pour simplement constater cette mentalité, en acter l’existence, et en avertir les femmes pour qu’elles s’habillent en conséquence, en connaissance de cause.

Je me demande quel était l’objectif initial de l’auteur.

3. Le 23 janvier 2013,
Laurent Gloaguen

L’image porte le titre de “Judgments” et est accompagnée de ce commentaire :

Working on this project really made me examine my own opinions, preconceptions and prejudices about “slutty” women and women who choose to cover all of their skin alike.

Il semble que Rosea porte un regard sur ses propres préjugés. Elle conclue un an après : “I’d like to think I’m more open now.”

Et ces préjugés sont tout aussi entretenus par les hommes que par les femmes, comme en témoigne Rosea.

Blah ?

Ankou

looming-death-2013.jpg

[Photo Issouf Sanogo / AFP - Getty.]

“But this image has a more chilling effect, somehow, perhaps because it signifies the conundrum of war: the liberating army as a symbol of freedom, but also of looming death.” — Isolde Raftery, Staff Writer, NBC News.

Les militaires sont des tueurs professionnels, qui agissent au nom du peuple de France. Les vapeurs et émois en haut lieu chez ces parisiens, marquis de salons dorés, me paraissent tout à fait ridicules autant que déplacées à l’égard de ces hommes qu’on envoie faire la sale besogne. Une preuve, s’il était nécessaire, que le pouvoir et la politique sont des affaires de Tartuffe. Cachez cette mort que je ne saurais voir.

La guerre, car s’en est une, n’est jamais propre. C’est du sang et de la merde.

P.S.

Le photographe, Issouf Sanogo, explique les conditions de prise de vue et commente sur le blogue de l’AFP :

« Les soldats travaillent dans des conditions difficiles », dit-il. « Ils avalent des milliers de kilomètres de route, alors ils font ce qu’ils peuvent pour se distraire un peu. Je ne sais pas qui est le soldat au foulard et j’aurais bien du mal à le reconnaître si je le croise à nouveau. Je crois, et j’espère qu’il sera impossible de l’identifier. Je ne suis même pas sûr qu’il soit au courant de tout ce que les gens racontent sur son dos ! »

AFP, Making Of : “Mali : la tête de mort qui fait le buzz”.

Je souhaite que le colonel Thierry Burkhard regrette, après coup, ses déclarations.

We train young men to drop fire on people, but their commanders won’t allow them to write “fuck” on their airplanes because it’s obscene! — Colonel Walter E. Kurtz.

1. Le 23 janvier 2013,
remib

La propagande fait partie de la guerre. Essayer de cacher la mort fait partie de la propagande. Vouloir faire une guerre sans propagande est aussi hypocrite que de vouloir faire une guerre sans mort !

2. Le 23 janvier 2013,
Marie-Aude

Laurent, je ne retrouve pas les déclarations du colonel dans le lien, au contraire… c’est le photographe que tu as cité.

3. Le 23 janvier 2013,
Laurent Gloaguen

@Marie-Aude : Ah, oui, ma présentation n’est peut-être pas claire, je sais bien que c’est le photographe que je cite, les commentaires du colonel sont dans l’article lié. Je vais rajouter “Le photographe s’explique…”.

4. Le 24 janvier 2013,
Anonyme

Ouais, enfin, bon. A l’évidence, le succès pas forcément éphémère de cette photographie tient pour une bonne part à ses qualités esthétiques, dont certaines sont accidentelles - le nuage de poussière qui, comme le raconte le photographe, explique que les soldats se soient protégés d’un foulard, le contre-jour - et d’autres volontaires - la contre-plongée, qui donne la “posture conquérante” évoquée dans l’article cité sur le blog de l’AFP.

Pour ce qui est du foulard lui-même, l’hypothèse de la référence au jeu vidéo, qui arrange bien les petits soldats de la morale, n’est pas forcément la bonne, tant ce genre de symbole est répandu dans des univers très variés. Les os, les squelettes et les crânes sont par exemple un élément esthétique fondamental de l’univers des bikers , comme une petite recherche appropriée le montre sans difficulté. Si ça se trouve, ce soldat est juste un motard qui a emporté son foulard habituel en opérations, et les commentateurs indignés font une fois de plus la preuve de leur stupidité ethnocentrée. Après tout, j’ai brièvement eu l’occasion de croiser un garde républicain au cuir constellé de têtes de mort. Je ne suis pas sûr qu’il le portait à la caserne.

5. Le 24 janvier 2013,
ossobuco

“ses qualités esthétiques” ? je la trouve bêtement kitsch, justement à cause de la contreplongée (je suis généralement plutôt lâche, mais il y a des gens que cet effet impressionne ?), de la lumière à travers la poussière et les arbres comme dans l’art sulpicien. L’ironie pourrait la sauver, mais j’en vois pas trace. J’apprécie cependant le comique involontaire du photographe : « Les soldats travaillent dans des conditions difficiles ». 90% du photojournalisme est décevant, je dirais.

6. Le 24 janvier 2013,
Denys

Attention au fait que les gens comme moi, les ronchons, les pédants, et les sociologues, ont la vilaine manie d’utiliser les termes dans leur sens premier. Qualité, un synonyme de caractéristique ou de propriété, est axiologiquement neutre.

7. Le 25 janvier 2013,
xave

Comme le disait Ploum sur le twitter: oh man dieu, il a un foulard à tête de mort ! Euh…. Vous avez remarqué qu’il a surtout un fusil mitrailleur ?

Sinon, on peut être choqué, hein, mais il va falloir des réserves de capacité à s’indigner

Un bien bel exemple de réaction débile des autorités à une réaction débile du public.

8. Le 25 janvier 2013,
ossobuco

Oui mais j’ai regardé dans mon CNRTL préféré et j’y ai lu la confirmation qu’il n’était pas totalement infondé de trouver dans l’expression « qualités esthétiques » un jugement de valeur plutôt positif. Là je travaille sur « axiologiquement » et je reviendrai quand j’aurai bien assimilé.

Ce n’est pas un fusil mitrailleur, mais un fusil d’assaut de la manufacture d’armes de Saint-Étienne (Loire). Pour en avoir eu entre les mains en1985 et 1986, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de plastique et que c’était un peu lourd. En marchant, ça faisait un bruit de jouet mal assemblé, disjoint : genre pas très sérieux, mais on disait que les balles en font pas mal de dégâts, bien appliquées.

Il ne s’est jamais exporté, à part le Portugal qui en fabriquait les chargeurs, à ce qu’on m’a raconté. On ne pouvait pas partir du champ de tir tant qu’on n’avait pas récupéré toutes les douilles. Un jour un camarade s’est retourné vers les sous-off’ avec son arme chargée, mais sans les pointer véritablement. Il a fallu encore qu’il démolisse le mobilier du bureau du médecin pour être réformé. Il était courageux et avait de la suite dans les idées.

Je n’ai jamais été aussi gros qu’en ce temps-là, on mangeait comme des chancres. C’est là que j’ai compris qu’un militaire passe 75% de son temps de veille à attendre, et 98% à s’embêter. Papa m’a dit que c’est le début de la fin quand on commence à épancher ses souvenirs d’armée.

Ah oui ! dimanche dernier j’ai fait une cuisine de navets jaunes. Jaunes ! Ils sont paradoxalement plus doux mais plus fermes que les navets violets.

9. Le 25 janvier 2013,
xave

Ah pardon, c’est vrai que si c’est un fusil d’assaut, c’est pas du tout la même chose. :p

10. Le 25 janvier 2013,
ossobuco

Bah oui les mots sont des gens sérieux. Après étonnez-vous qu’on ne se comprenne plus les uns les autres et qu’on finisse par ne plus se parler. Appelons un chat un chat.

11. Le 25 janvier 2013,
xave

Personnellement, j’ai appelé le mien “Félix”. Oui, c’est totalement sans originalité, j’en conviens. De toutes façons, il parait qu’il faut éliminer les chats.

12. Le 25 janvier 2013,
ossobuco

Petit, j’ai eu un épagneul breton. Extraordinairement brave et gentil. Il a vécu 17 ans, et encore il a fallu le piquer à la fin, son cœur était bon mais il souffrait.

Blah ?

Form Follows Function

FFF is a collection of interactive experiences. Each experience has its own unique design and functionality. All the experiences are created in HTML5, the site works beautifully on both desktop and tablet. — Jongmin Kim.

1. Le 23 janvier 2013,
Nicolas Krebs

« FFF is a collection of interactive experiences. All the experiences are created in HTML5, such as Canvas and CSS 2D/3D transforms. But Javascript has been disabled in your browser. Please enable Javascript and visit FFF again. »

Blah ?

Corrélation du jour

Internet Explorer vs Murder rate

1. Le 23 janvier 2013,
karl, La Grange
2. Le 23 janvier 2013,
Laurent Gloaguen

@Karl : haha, très drôle :-)

Blah ?

Quel beau cul !

The three-masted, steel-hulled Clipper ‘Stad Amsterdam’ undergoes a complete overhaul at Damen Shiprepair Vlissingen, the Netherlands.

[Photo Chantiers Damen.]

1. Le 24 janvier 2013,
Off Topic

Très joli photo ! D’ailleurs, ca me fait penser qu’il faudrait que j’aille me faire mettre le mien.

2. Le 24 janvier 2013,
Laurent Gloaguen

Il n’est jamais trop tard… :-)

3. Le 24 janvier 2013,
lolotroudballe

10 ans après et toujours number one dans notre classement de la plus grosse allumeuse de la blogosphère… il faudra peut-être lui régler son compte une bonne fois pour toute à Miss Touraine.

Pour rester dans le sujet, c’est le patin à glace du géant vert ?

4. Le 25 janvier 2013,
Off Topic

“Miss Touraine, la plus grosse allumeuse de la blogosphère depuis 10 ans”, ça fait “maison de qualité” :D

Blah ?