Journal de bord

de Laurent Gloaguen

Vous êtes sur le journal de bord de Laurent, alias « le capitaine », à Montréal, Canada.
Recueil de liens, citations et pensées au fil de l’eau… On y parle actualité, politique, journalisme, technologie, internet, air du temps, sens de la vie et sexe, depuis 2002. C’est à ce jour 9776 billets et 78374 commentaires.
Laurent est président d’honneur du CCCI.

Chats de cinéma

1. Le 23 juillet 2014,
karl, La Grange

Pendant ce temps au Bangladesh

The information ministry is initiating amendment to a law to ensure that the government has the power to stop the publication of a newspaper at any time. This initiative was taken up in February this year, after the present government came to power. It has been proposed that the amended law be made effective from July 1 this year. Ministry initiates media gagging law!

Blah ?

Masculinité

Yoan Capote

[Sculpture Yoan Capote.]

1. Le 22 juillet 2014,
Deep In The Topic

lolosquared, plagié par un mec qui coule des bronzes. Où va le monde ? O_o

2. Le 22 juillet 2014,
Off Topic

Blah ?

Coal rolling

Si, pour certains, le coal rolling constitue un art de vivre et rouler virilement, il s’agit pour beaucoup d’affirmer une opposition radicale à Barack Obama, explique le magazine Slate.

Rencontré par Slate, un commerçant du Wisconsin qui vend les pièces permettant de modifier son véhicule afin qu’il pollue davantage, résume la démarche de ses clients : “J’en rencontre des tas qui détestent Obama. Si le président est pour l’environnement, s’il est pour ci ou pour ça, alors, eux, ils sont contre, par principe. Ils balancent cette merde de leur camion, c’est leur façon de faire un bras d’honneur. Vous voulez de l’air pur et une empreinte carbone minimale ? Allez vous faire foutre !

Le phénomène s’est principalement développé dans l’Arizona et l’Idaho. Selon Newsweek, cela ne doit rien au hasard. Ces comportements seraient le résultat du jusqu’au-boutisme antifédéral et anti-EPA (Environnemental Protection Agency) de ces États, où vivent les négationnistes climatiques les plus extrémistes.

Cette pratique a vite été condamnée. Aussi bien chez les propriétaires de pick-up que par les institutions fédérales. L’association des propriétaires de pick-up s’est ainsi émue que “cela alimente bêtement les stéréotypes sur les amoureux des pick-up trucks”.

Big Browser : “VROUUUUUM – Le « coal rolling », ou comment polluer plus pour polluer plus (et s’opposer à Obama)”.

Voilà encore de bien formidables exemplaires de notre humanité. Il paraît que nous en avons aussi chez nous, au Saskatchewan et en Alberta. Le Texas est aussi un foyer vivace.

#WhiteTrash

Ma chatte

Clito

Il parait que je ne publie pas assez de photos de ma chatte. C’est un fait.

Je tente d’y remédier.

#mignon #miaou

1. Le 22 juillet 2014,
ydikoi

tu lui donnes de la bonne

2. Le 22 juillet 2014,
Marie-Aude

Ceci n’est pas un monstre, c’est une chatte douce et aimante :)

3. Le 22 juillet 2014,
samantdi

<3

ChatteDeSorcier
4. Le 22 juillet 2014,
Sofinoelle

c’te bouille de chatte ^^

5. Le 22 juillet 2014,
Off Topic

Blah ?

Ascension de grand mât

À monter à la vergue de grand cacatois. À bord du trois-mâts barque Charles W. Morgan (1841).

(Je n’ai jamais aimé les passages de hune…)

1. Le 22 juillet 2014,
karl, La Grange

ce que je trouve un peu fou, c’est qu’elle n’est pas sécurisée tout le long. Juste pour les passages difficiles.

2. Le 22 juillet 2014,
Laurent

Je me suis fait la même réflexion, mais le problème c’est que sur un parcours comme celui-ci, ça ralentit énormément la progression et ça peut coûter en énergie physique et mentale.

Elle fait une erreur impardonnable en haut lorsqu’elle décroche le mousqueton et crée “une boucle” pour s’assurer : si elle tombe, la corde de la longe va frotter contre le cordage du mât. Corde contre corde = danger de mort (certes, il va falloir y aller). Pour éviter ce danger, la règle c’est d’avoir une corde encerclée par un mousqueton en acier.

Une autre erreur : elle n’utilise qu’un seul mousqueton sur deux pour progresser. Or, s’il y a deux mousquetons, c’est bien pour que l’on soit toujours relié avec un mousqueton à un point d’ancrage.

Enfin, j’ai l’impression qu’elle utilise un équipement de via ferrata. Je ne pense pas qu’utiliser un tel équipement de sécurité soit judicieux, car en cas de chute le principe du système de sécurité est de continuer à tomber tout en étant ralenti progressivement (jusqu’à ~5 mètres pour certains équipements). Ça augmente le risque de se blesser en tombant à bonne vitesse dans les cordages. Une longe de spéléo/canyoning serait donc probablement moins dangereuse vu qu’elles freinent immédiatement d’un coup sec (max 1 mètre de chute).

Mais bon, ce sont des professionnels, ils ont dû être bien conseillés.

3. Le 22 juillet 2014,
Off Topic

@Capitaine: tu ne parles pas de la “bague de pouce”, de la montre ou mieux encore, du bracelet ouvert ? Ils auraient mieux fait de la hisser avec une drisse de spi (et je suppose qu’il n’y en a évidemment pas) ;)

4. Le 22 juillet 2014,
Off Topic

So Topic today !

5. Le 22 juillet 2014,
Laurent Gloaguen

Franchement, je ne connaissais pas la technique de s’assurer pour le passage de hune, jamais fait ça, jamais vu ça. On ne s’assure pas pendant la montée, juste sur les vergues en crochant sur la filière. Mais pourquoi pas. En tout cas, ça ralentit clairement la progression.

Pour le dispositif, un simple bout avec un œil et un mousqueton, noué autour de la taille, peut amplement suffire. Un baudrier simple fait aussi l’affaire mais est plus long à passer. Un harnais ou une chaise de gabier sur un cartahu peuvent être utiles pour se tenir suspendu confortablement dans certains endroits délicats, notamment quand on réalise des tâches d’entretien.

La montre est effectivement déconseillée, comme tout bracelet ou dragonne. Si on veut avoir l’heure dans les hauts, on la met dans sa poche. Tout ce qui peut crocher quelque part est à éviter.

Off Topic : il n’y a pas de “drisse de spi”, mais quantité de manœuvres qui peuvent parfaitement faire l’affaire.

6. Le 22 juillet 2014,
Off Topic

Alors l’équipage a pu souhaiter qu’elle se tue. Pour qu’elle se taise ?

7. Le 22 juillet 2014,
Laurent Gloaguen

C’est une possibilité.

Blah ?

Image du jour

2014 07 21 Gaza

[Photo Suhaib Salem/Reuters, via In Focus, “Bloody Weekend in Gaza.”]

1. Le 21 juillet 2014,
Dave
2. Le 22 juillet 2014,
Gilles

Encore un tireur de rocket blessé sûrement.

Blah ?

Pragmatisme chinois

Problème : des femmes ont des difficultés à se garer sur le parking d’un centre commercial à Dalian (et il n’y a sans doute pas que là…). Les femmes sont les principales clientes.

Solution : des places de parking plus larges pour les femmes qui ne maîtrisent pas la manœuvre. « On a simplement voulu faciliter les choses aux femmes, qui sont nos plus gros clients », explique Yang Hongjung, un des responsables.

Résultat : des clientes heureuses. « Je pense que c’est très pratique », confie une habituée du centre commercial à l’AFP. « Les autres places sont trop étroites ».

Une amie, que je ne nommerai pas, m’a confié : « je trouve que c’est une bonne idée ».

Mais, des plaintes d’hommes : « C’est toujours les femmes qui bénéficient de tous les privilèges », se plaint un client à l’AFP. « Les hommes sont devenus le sexe faible ».

Ce qui me gêne un peu, c’est que le centre commercial ait choisi de peindre ces places XL en rose. Mais jusqu’où peut-on “accommoder” pour des spécificités liées au genre ? N’existe-t-il pas aussi des hommes pour qui la seule idée de faire un créneau donne des sueurs froides ? Ne devrait-on pas plutôt faire des places réservées aux maladroit(e)s ?

1. Le 21 juillet 2014,
Mox Folder

Et de quelle couleur on peinture les places pour les maladroits ? ;)

Sinon moi je suis assez fan des places “familles” chez Ikea, elles sont tellement larges qu’il y a des demeurés qui s’y garent à deux voitures (probablement des hommes ‘habiles’).

2. Le 22 juillet 2014,
Gilles

@max folder : Les supermarchés maintenant en font aussi, des places “familiales”. Mais c’est tellement peu dans les mœurs que 90% des utilisateurs n’ont pas à y être en théorie.

Blah ?

Rizières illustrées

L’art du riz à Inakadate. Le dessin de cette année illustre la légende de l’hagoromo (l’habit de plumes). L’hagoromo permet à la nymphe (à gauche) de regagner les cieux en volant. À droite, le mont Fuji vu de Miho no Matsubara, où un pêcheur a trouvé le manteau de plumes accroché à une branche de pin et l’a subtilisé avant de le rendre, en échange d’une danse, à la nymphe desespérée de ne pouvoir regagner sa maison céleste.

Those crazy Frenchies

Blogger Fined by French Court Because Negative Restaurant Review Was Too Prominent in Google.”

[…] To my American ears, this sounds absolutely crazy.

Daring Fireball : “Blogger Fined by French Court”.

Ça va commencer à se savoir qu’il n’y a pas de traduction française à “Freedom of Speech”.

1. Le 17 juillet 2014,
kowalsky

Il semblerait que la personne en question se soit représentée elle-même, sans prendre conseil auprès d’un avocat, ce qui semble l’avoir plus que fortement desservie.

Peut-être qu’Eolas nous apportera quelques précisions et éclaircissements concernant l’affaire ainsi que sur la décision du tribunal.

Au passage, j’ose espérer que pareille mésaventure n’arrivera pas à Mademoiselle Minette dont nous sommes sans nouvelles depuis presque deux semaines ! ;)

2. Le 17 juillet 2014,
padawan

Ah, le gros troll velu sur la liberté d’expression qu’elle est pure aux US et inexistante en France. Tu vois, je préfère celle qui existe en France où ma liberté s’arrête où commence celle des autres et pas devant le canon d’un fusil dans un pays où il est légal de virer quelqu’un parce qu’il est homo au nom du sacro-saint respect des convictions religieuses et de la liberté d’expression des personnes (dont les entreprises). Juger une culture étrangère selon le prisme de la sienne est un exercice très subjectif (et souvent vain).

Scoop, la diffamation est un délit aux USA. Ah tiens, mais ça veut dire que la liberté d’expression n’y est pas absolue ? Eh oui.

Autre scoop, l’appel au boycott est interdit en France. Titrer un coup de gueule par « l’endroit à éviter » n’est pas très malin. Se plaindre de la justice après être allée se défendre toute seule en réfèré non plus.

Il ne faut pas attribuer à une quelconque malice du législateur et des juges sur notre liberté d’expression ce qui s’explique simplement par la stupidité (laquelle est partagée entre les parties, d’ailleurs).

3. Le 17 juillet 2014,
Dave

Surtout, tous les articles en anglais font référence à un mystérieux argument du “ranking Google” trop haut (et autre sujets à la mode), alors que l’article original du monde se contente de mentionner qu’elle a été condamnée pour “dénigrement” (que mes très maigres connaissances en droit assimile à une vague forme de diffamation avec une teinte commerciale).

Bref, j’ai l’impression qu’un bozo de l’AP a traduit avec les pieds et que tout le monde a repris en coeur parce que ça faisait mode.

4. Le 18 juillet 2014,
D&D

“Ça va commencer à se savoir qu’il n’y a pas de traduction française à “Freedom of Speech”.” Oui, c’est peu de dire qu’on en crève, d’une manière ou d’une autre, dans un domaine ou dans un autre…

5. Le 18 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

J’ai tapé “Freedom of Speech” dans Google Traduction qui a renvoyé : “Liberté d’expression” https://translate.google.fr/?hl=fr#en/fr/Freedom%20of%20Speech

Me remerciez pas.

6. Le 18 juillet 2014,
remib

On peut rire de tout ! Daring fireball, le relais d’opinion d’Apple, le relation publique du plus gros vendor locking de l’ordinateur individuel, le monomaniaque d’une entreprise qui met des accords de confidentialité sur l’utilisation du papier toilette de ses batiments, vient nous faire la morale sur le freedom of speech. Freedom of speech sous réserve du non disclosure agreement. Chez lui la censure est de gré à gré, sur un papier en tête à signer pour pouvoir travailler ! désolé pour le troll mais ça fait du bien… beurk

7. Le 19 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

(Mode troll) Étalage de la médiocrité française et de la xénophobie anti-allemande ordinaire, à la Une de Marianne cette semaine http://www.marianne.net/Cette-semaine-dans-Marianne-Pourquoi-l-Allemagne-nous-gonfle-_a240184.html - 100 ans après le début de la première guerre mondiale, toujours les mêmes vieilles lunes.

8. Le 21 juillet 2014,
padawan

Blah ?

Le têtard émergent

[…] Il est un cortex sur pattes, qui convoque, interpelle et interroge tout ce qui passe à sa portée, dont voici la liste officielle : les conditions d’apparition de la peinture dans l’espace social, la valeur, l’évaluation esthétique, sociale et psychologique des expériences éprouvées, les notions d’infiltration ou d’exfiltration de l’art contemporain dans des lieux ou des contextes donnés,  les notions de traversée, de contamination, d’interaction ou d’illusion,  la représentation et de sa mise en scène, l’espace urbain ou de celui d’un centre d’art, les mutations des structures de pouvoir, la perception du lieu, les relations entre les individus, les rapports de force, de rapprochement et d’interaction des uns avec les autres et avec les belles-mères, la métamorphose de la perception commune de l’espace, les espaces de narration issus du théâtre et de l’exposition artistique, les matériaux de notre monde contemporain, les questions sociopolitiques, comme la mondialisation, la culture médiatique, la consommation ou la propriété, les systèmes qui organisent notre lecture du monde, l’aspect tangible et aléatoire de notre position dans le monde, notre condition en tant qu’être physique, social et psychologique, la mécanique du vivant, le corps,  les mutations dues aux technologies du vivant, le vivant et le construit, le réel et le virtuel, le pérenne et le temporaire, la conception du projet urbain, les mégas récits du progrès liés au modernisme, notre existence contemporaine individuelle, les objets issus de notre quotidien, l’espace d’exposition, le temps et l’espace, les questions sociales et culturelles, la position de l’artiste dans l’interface de l’individuel et du collectif, les notions de territoire et de déplacement, les matières et images industrielles, le goût et l’autorité, notre degré de conditionnement par l’espace urbain, la « nature » et la « culture », la perception de l’espace dans lequel nous nous trouvons, les modalités de la création des objets d’art l’espace urbain, les champs artistiques diversifiés qui s’articulent autour des notions d’apparition, d’identité et d’altérité, les économies variables, de langage, de genre, d’espace, de géographie, de classe, se réunissent pour résolument former le médium même – le langage – au sein duquel nous les performons. etc. […]

Le Schtroumpf Emergent : “Grande débandade dans l’art financier contemporain”.

Slug Party

(Les pièges à la bière sont forts pour attirer les limaces, moins pour les attraper…)

1. Le 17 juillet 2014,
flor

c’est l’allégorie du blog?

2. Le 19 juillet 2014,
Off Topic

A la 43ème seconde, une belle limace noire arrive pour picoler un coup, et plouf … Suicide alcoolique.

Blah ?

A va à l’école

NIVELLEMENT — La petite histoire qui suit m’est contée par Mélanie Noël, une collègue de La Tribune de Sherbrooke. Elle est chez l’orthophoniste avec son fils de 4 ans, elle assiste à la leçon. Quand c’est un garçon qui fait l’action, explique l’orthophoniste à l’enfant, on dit : Y fait de la natation. Y va à l’école. Quand c’est une fille qui fait l’action, on doit dire : A fait de la natation ou A va à l’école.

Étonnement de la maman. Ne devrait-on pas plutôt dire : Il fait de la natation, il va à l’école, elle fait de la natation, elle va à l’école ?

Pas du tout, précise l’orthophoniste, pas du tout parce que, « au parlé », on dit : Y va à l’école, a va à l’école.

La maman proteste doucement : ne devrait-on pas apprendre aux enfants à parler correctement ?

L’orthophoniste : non, sinon l’enfant sera isolé dans la cour de l’école parce que les autres enfants ne comprendront pas sa façon de parler.

Exactement le contraire de ce que devrait être l’éducation : le bon exemple aspirant les autres vers le haut. Ici, le bon exemple est rabaissé pour se mettre au niveau de la moyenne des cons.

La Presse, Pierre Foglia : “Légitime défense”.

Je suppose que sur le chemin de l’école, anna braillé ène shot.

(Je ne connaissais même pas ce subtil distinguo “genré”. Au Québec, être compris par le reste des chums, de la gang, c’est bin important. Le reste de la francophonie, on s’en crisse un peu. Vive le créolo-chiaco-joual dans un pays bilingue où l’on massacre joyeusement deux langues.)

1. Le 14 juillet 2014,
BeRewt

Y est bin grincheux pour sin anniversaire. (sinon, des bises, tout ça)

2. Le 14 juillet 2014,
xave

Tiens, ça me parait un aussi bon endroit qu’un autre pour sortir cette magnifique phrase entendue à Montréal : “Le problème avec vous, les Français, c’est que vous pluguez des mots anglais partout !”

3. Le 14 juillet 2014,
Jean

Nan. C’est alle va à l’école qu’y faut dire.

4. Le 14 juillet 2014,
gilda

Tiens c’est marrant souvenirs revenus soudain d’avoir à la maternelle été souvent pas comprise par mes camarades ou moi de ne pas les comprendre. Souvenir aussi d’avoir été consultée maintes fois comme “interprète” par des enfants de ma classe qui n’avaient pas compris ce que leur voulaient les plus grands (ça c’était plutôt au CP), voire des consignes en classe. Ça ne m’empêchait pas d’avoir de bons copains - mais je me demandais pourquoi ils mettaient tant d’application à continuer à parler bébé -. Après, si ce sont “les grands” qui s’y mettent aussi, rien ne va plus.

5. Le 15 juillet 2014,
Off Topic
Concept: boner wave. Malin.
6. Le 15 juillet 2014,
JMU

J’en ai ma claque de lire et d’entendre ce genre de raisonnements qui supposent implicitement (parce que tout le monde sait bien) que la langue écrite serait supérieure à la langue orale, que l’accent parisien serait supérieur à l’accent marseillais ou québécois, etc.

En plus, ça se double souvent de la croyance ferme que l’enfant qui apprend une langue a un apport fixe de ressources intellectuelles à attribuer à l’apprentissage du langage et que toute utilisation vers le parler vulgaire se fait au détriment du langage châtié. Un peu comme on a oublié le français en apprenant l’anglais, quoi.

Qu’on décide que les gosses doivent apprendre le Hochfranzösisch à l’école en appliquant les recommandations de l’Académie à la lettre ou qu’il apprennent le verlan, je m’en flagelle les parties viriles tant que deux locuteurs de la même langue sont capables de se comprendre à l’oral comme à l’écrit avec un effort minimal.

7. Le 16 juillet 2014,
Gagarine

@JMU : Certes, mais c’est faire fi de la réalité sociale. Mettre tous les enfants en mesure de parler le français académique c’est aussi leur permettre de se mouvoir dans l’ensemble des milieux sociaux.

Priver les enfants de milieux modestes de ces connaissances (alors que les enfants de milieux moins modestes vont apprendre le français académique à la maison), c’est les condamner à passer pour des illettrés toute leur vie.

La langue française dans toute sa richesse permet d’exprimer des idées de manière claire et nuancée. Se priver de cela en se limitant à un vocabulaire de 500 mots (commun aux enfants des classes maternelles et aux journalistes télé), c’est bien dommage.

Enfin, l’argot, on n’a pas besoind de l’école pour l’apprendre.

8. Le 16 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

Si les Québécois s’enfin décidaient à parler anglais on n’en serait pas là et Pierre Foglia aurait moins d’aigreurs d’estomac (je connais pas l’artiste mais sa prose laisse à penser qu’il donne dans la dispepsie).

9. Le 17 juillet 2014,
karl, La Grange
10. Le 17 juillet 2014,
Jean

On me dit dans l’oreillette qu’il s’agit de sa vulve.

11. Le 18 juillet 2014,
Anne Onyme

Je plussoie chaque mot du commentaire de gagarine.

12. Le 18 juillet 2014,
Krysalia

(Krysalia speaking, saleté de smartphone ou j’avais pas le cookie)

13. Le 21 juillet 2014,
Bashô

Je suis sourd de naissance, et j’ai eu des séances hebdomadaire d’orthophonie pendant près d’un quart d’un siècle. Au delà de la question de la diction et de l’intonation, à cause de mon handicap, j’ai acquis l’habitude de m’exprimer “comme à l’écrit”, ce qui m’handicape pour la communication car ne maîtrisant pas tous les codes subtiles de l’univers oral…

Donc l’orthophoniste a raison, sa tâche n’est pas de transmettre le français écrit ou académique mais d’apprendre à l’enfant à communiquer à l’oral avec les autres, ce qui exige une articulation correcte, une bonne intonation et surtout le même niveau oral que les autres. Pour le français “correct”, ceci relève des parents ou du professeur de français.

Blah ?

Avertissement

(Lettre recommandée A/R)

Mademoiselle Minette,

nous avons observé ce jour, à précisément 11 heures et 42 minutes, la présence d’un spécimen vivant de sciurus carolinensis (écureuil gris) au beau milieu du jardin. Trois heures plus tard, c’était une lucilia sericata (mouche verte) qui errait dans la maison.

Il nous paraît ainsi clair que vous ne faites pas votre travail avec l’assiduité requise. Aussi devons-nous vous adresser un avertissement ; ce laisser-aller faunique ne saurait être toléré plus longtemps. Devons-nous vous rappeler que nous vous payons quotidiennement en croquettes et miettes de thon de première qualité ?

Au troisième avertissement, vous risquez le licenciement pour faute.

Veuillez agréer, Mademoiselle Minette, etc.

La Direction.

1. Le 5 juillet 2014,
MaîtreNini, du barreau de Toulouse

Chère Mademoiselle,

En vertu des lois en vigueur dans notre peuple, nous vous conseillons de garder le silence et de ne pas répondre à cet avertissement.

Le motif invoqué sera que vous ne savez pas lire.

Si la Direction met ses menaces à exécution, miaulez et frottez-vous à Monsieur Gloaguen et à son mari en roulant des yeux de merlan frit;

Si les menaces se concrétisaient malgré tout, commencez à prospecter les maisons voisines et s’il s’en trouvait une pourvue en humains faciles à circonvenir, abandonnez sans autre forme de procès le couple Gloaguen.

Bien à vous

Me Nini

2. Le 5 juillet 2014,
Emmanuel

Honteux ! Aucun contrat n’a été signé à ce que je sache !

3. Le 5 juillet 2014,
kowalsky

Je ne saurais que conseiller à Mademoiselle Minette de lire les conseils d’Eolas sur l’attitude à tenir lors de la réception d’une missive de ce genre.

4. Le 5 juillet 2014,
to

D’un autre cote, les dons en nature du gang de chats de la maison, ca finit par lasser. Chaud froid de Ratatouille accompagne de son piaf en crocs, mouais. Par contre, l’influence de la tv sur le cerveau du felide intrigue, ils ont recemment joue un match de foot avec le dit Ratatouille comme ballon. Le dessous du canape sert de but.

5. Le 6 juillet 2014,
Trente Millions

Les croquettes font péter les chats et tuent leur instinct de mort, ils l’ont dit à Trente Millions de Friends.

6. Le 7 juillet 2014,
karl, La Grange
7. Le 7 juillet 2014,
flor

Puisque nous sommes sur un blog pétri de précision et soucieux de sa qualité typographique, les noms latins de genre s’écrivent avec une majuscule (Sciurus carolinensis), l’épithète spécifique est en minuscules.

8. Le 8 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

@flor : il fallait que ce fût dit.

9. Le 10 juillet 2014,
flor

@Carlos. Exatamente, meu prezado cardeal. Comme disait Linné, père de la systématique moderne, “Ce que Dieu crée, Linné l’organise”, il ne faudrait donc pas, cher Cardinal, que ce rigoureux classement de la divine création soit souillé par l’inconséquente typographie de blogueurs soumis à la diabolique tentation des chattes.

11. Le 10 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

@flor : Call me Momo.

12. Le 10 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

PS : on le dira jamais assez, les chats ont vraiment une tête de con, les pires c’est les chatons. Suis-je vraiment le seul à éprouver l’envie de leur écraser la gueule à coups de chaussures à crampons ?

13. Le 13 juillet 2014,
Carlos Carmelo de Vasconcelos Motta

Argentina te quiero.

PS : pardon aux chats lecteurs de ce blog que la violence de mon propos aura pu choquer. J’en pense pas moins.

Blah ?

Exigences partisanes

Je ne suis pas l’homme que certains disent. La vie politique a des exigences partisanes, qui entraînent à des propos ou à des attitudes qui nous caricaturent et que souvent l’on regrette quand on connaît vraiment les enjeux.

Jacques Toubon : “Je ne suis pas l’homme que certains disent”.

1. Le 3 juillet 2014,
xave

“Vous comprenez, je n’ai pas été un sale connard. J’ai juste choisi d’agir comme un sale connard par corporatisme, mais je savais très bien que c’était mal.”

Mieux, tellement mieux.

2. Le 3 juillet 2014,
xave

(on me pardonnera le “corporatisme” qui n’est pas le mot idéal dans le contexte. Mais j’ai l’esprit un peu embrumé par des médicaments, là, et je ne trouve pas le bon.)

3. Le 3 juillet 2014,
Laurent Gloaguen

Partisanerie ? Clientélisme ?

4. Le 5 juillet 2014,
Off Topic

Merkin: n.f. Perruque pour chatte

5. Le 6 juillet 2014,
M. LeChieur

(MESSAGE PERSONNEL) Xave, le mot que tu cherches est “opportunisme”. Arrête de manger de la drogue et invite-moi cet été.

6. Le 6 juillet 2014,
xave

Nan, spas ça. Il y a de ça aussi, mais c’est pas ça. “Partisanerie” est encore le plus proche de l’idée, puisqu’on cause d’une position de parti : “mon parti a dit que. discussion close.” Comme ça doit être reposant de n’avoir pas à réfléchir.

Et tu es invité cet été, comme les précédents. Et les autres saisons aussi. j’ai plein de place.

7. Le 6 juillet 2014,
Charcuterie

Toubon un homme ????????? Je le croyais saucisse

Blah ?