Journal de bord

de Laurent Gloaguen

Vous êtes sur le journal de bord de Laurent, alias « le capitaine », à Montréal, Canada.
Recueil de liens, citations et pensées au fil de l’eau… On y parle actualité, politique, journalisme, technologie, internet, air du temps, sens de la vie et sexe, depuis 2002. C’est à ce jour 10093 billets et 79365 commentaires.
Laurent est était président d’honneur du CCCI.

Dans la gueule

Aylan Kurdi, Bodrum

Aylan Kurdi, 3 ans, à Bordrum, Turquie. Photo Nilüfer Demir, via Reuters/DHA. 2 septembre 2015.

I thought long and hard before I retweeted the photo. It shows a lifeless toddler, lying face down on a popular Turkish beach, one of eleven Syrians who have almost certainly died as they tried to reach safety in Europe by boarding a smuggler’s boat. Instead they ended up as the latest victims of Europe’s paltry response in the face of a growing crisis.

What struck me the most were his little sneakers, certainly lovingly put on by his parents that morning as they dressed him for their dangerous journey. One of my favorite moments of the morning is dressing my kids and helping them put on their shoes. They always seem to manage to put something on backwards, to our mutual amusement. Staring at the image, I couldn’t help imagine that it was one of my own sons lying there drowned on the beach.

I am currently in Hungary, documenting the journeys of Syrian refugees, the very journey that today took another young life. It’s easy to blame the parents for exposing their son to such deadly danger, but only if you forget the barrel bombs and Islamic State (also known as ISIS) beheadings that they are fleeing. All morning yesterday at the Serbian-Hungarian border, I saw Syrian parents determinedly walking with their children – trying to remove them from the horrors of the slaughter in Syria, which have been allowed to continue for four years, and to the promise of security in Europe. Those parents are heroes; I admire their sheer determination to bring their children to a better life.

[…] Some say the picture is too offensive to share online or print in our newspapers. But what I find offensive is that drowned children are washing up on our shorelines, when more could have been done to prevent their deaths.

It was not an easy decision to share a brutal image of a drowned child. But I care about these children as much as my own. Maybe if Europe’s leaders did too, they would try to stem this ghastly spectacle.  

Human Rights Watch, Peter Bouckaert: “Why I Shared a Horrific Photo of a Drowned Syrian Child”.

« Je l’ai vue floutée, je l’ai vue pas floutée. Je pense qu’il n’était pas nécessaire de la flouter. Je pense que ça ne se floute pas, ça se prend dans la gueule. » — Sorj Chalandon, sur France Inter.

Le Monde, Claire Guillot : Pourquoi cette photo, selon vous, a-t-elle pu autant émouvoir les gens, par rapport à toutes celles publiées avant sur le sujet ?

Nilüfer Demir : Je ne sais pas. Peut-être que le monde, en fait, attendait une image qui puisse changer les choses, faire bouger. Peut-être que ma photo a été le déclic que le monde attendait. J’ai surtout été au bon moment au bon endroit.

Quelques exemples de photographies ayant eu un impact similaire, parmi celles qui me viennent immédiatement à l’esprit :

H. S. Wong, gare de Shanghai-Sud

Gare de Shanghai-Sud. Photo H. S. Wong, via Wikipedia. 28 août 1937.

Raghu Rai, Bhopal

Bhopal, Inde. Photo Raghu Rai, via Magnum Photos. 3 décembre 1984.

Kevin Carter, Soudan du Sud

Soudan du Sud. Photo Kevin Carter, via Iconic Photos. Mars 1993.

Charles Porter, Oklahoma City

Oklahoma City. Photo Charles Porter IV. 19 avril 1995.

1. Le 3 septembre 2015,
Bobby Wilson

Je croyais que, comme la plupart des homosexuels, tu n’aimais pas les enfants?

2. Le 3 septembre 2015,
Off Topic

La fillette et le vautour, désolé de respecter le topic :’(

Blah ?

A Brief History of Adobe Flash

A Brief History of Flash

[From CommitStrip.]

1. Le 1 septembre 2015,
karl, La Grange
2. Le 1 septembre 2015,
Joachim

karl : Not Safe For Work, nom d’une bite.

3. Le 1 septembre 2015,
karl, La Grange

Je travaille à la maison. Totalement safe for work ;)

4. Le 1 septembre 2015,
Laurent Gloaguen

Mouahaha.

Blah ?

Cat Soap Opera

A new soap opera: Cat Hospital.

1. Le 31 août 2015,
Off Topic

Blah ?

HarperMan

An Ottawa federal scientist is being investigated for breaching the public service’s ethics code for writing and performing a highly political protest song to get rid of the Harper government.

Tony Turner, a scientist in habitat planning at Environment Canada, was recently sent home on leave with pay while the government investigates the making of Harperman, a music video posted on YouTube in early June that has attracted about 48,000 hits.

[…] “The government risks giving this much more visibility than it warrants by launching an investigation. People will be on YouTube to look at this because they made it an issue.”

National Post : “Public servant being investigated for writing and performing anti-Tory ‘Harperman’ song”.

(Merci d’aller “liker” la vidéo, même si le catchy folk et les raging grannies ne sont pas votre cup of tea.)

Image du jour

Giles Clement

Cette photo de Giles Clement, représentant un viking nu sur un cheval de manège en aluminium, est un ferrotype réalisé avec une chambre Orbit 8 x 10 et un Tessar 185mm f/4.5.

1. Le 27 août 2015,
Off Topic

Lifeboat freestyle #enMerParfois

2. Le 28 août 2015,
Off Topic
3. Le 29 août 2015,
lolosquared

T’as un peu grossi mon chéri non ? Par contre la barbe un peu plus longue ça te va bien.

Blah ?

Temple de Baalshamîn

Temple de Baalshamîn

Temple (cella du sanctuaire) de Baalshamîn (“maître des cieux” phénicien et grand dieu des Palmyréniens), construit en 130-131 après J.-C., endommagé par des bombes en 2013 et détruit en 2015.

La base du temple sera dégagée au début des années 1950 par une équipe suisse, menée par Paul Collart (1902-1981), qui mena des campagnes de fouilles en 1954-1956 et en 1966.

Vergue : Temple de Baalshamîn, c. 1870.

Gastronomie d’icitte

Un blogue gastronomique qui traite de toutes les bonnes choses que nous pouvons manger dans notre belle province : Du bon manger. Je sens que je vais faire des envieux chez mes amis de France…

Sinon, j’ai essayé les chips au gratin dauphinois dont tout le monde parle. Je dois confier qu’elles sont quelque peu décevantes… Hâte de tester les bines-au-lard-barbecue-style-cowboy.

#Gastronomie #Québec #Gourmand #Épicure

(Non, ce n’est pas le Lapin qui reblogue…)

2. Le 24 août 2015,
Laurent Gloaguen

<3

3. Le 25 août 2015,
Off Topic

:-*

5. Le 27 août 2015,
RRB

En matière de bouche-trous, l’ouate est davantage de mise.

Blah ?

A minima

À notre époque où l’enseignement du latin se réduit comme une peau de chagrin, le goût pour les locutions latines, curieusement, ne faiblit pas. J’en veux pour preuve cet a minima dont on nous rebat les oreilles depuis une vingtaine d’années… au minimum : « une réforme a minima » (Europe 1), « une hausse a minima » (Le Figaro), « des vacances a minima » (Les Échos), « une communication a minima » (La Croix), « Pékin communique a minima » (Le Parisien), « La Russie s’engage a minima » (France TV), « si l’utilisateur était a minima informé de ce qui se passe » (Libération). Les beaux esprits nous assurent que ça fait chic, dans la conversation. L’ennui, c’est que les dictionnaires n’ont jamais accommodé ladite expression autrement qu’à la sauce juridique ; a minima, ellipse de la locution latine a minima poena ad majorem (« à partir de la plus petite peine vers la plus grande »), ne s’applique selon eux qu’à l’appel que forme le ministère public pour infliger une peine plus lourde — et non plus légère, comme on le pense souvent par contresens — que celle qui vient d’être prononcée : « Puis, sur appel a minima exigé par le “ministre” Weygand, [le Conseil de guerre] me condamnait à la peine de mort » écrit ainsi le général de Gaulle dans ses Mémoires. Il faut croire que le tour s’est depuis échappé des prétoires, en voyant au passage son sens évoluer.

Parler français : “C’est bien le minimum !”.

Si la qualité de la langue vous tient un peu à cœur, vous pourriez a minima au minimum suivre ce blogue.

Minima est le pluriel de minimum : des minima de température. Mais on peut dire indifféremment des minimums. Les mathématiciens ont souvent le fétichisme du pluriel latin.

Société d’adoration mutuelle

Puisque Moutier avait critiqué son émission, Moutier serait puni. Puisque Moutier avait osé émettre une réserve au sein de la société d’adoration mutuelle, il serait boudé. Ainsi va la vie dans le merveilleux monde du showbiz québécois.

La Presse, Nathalie Petrowski : “Une chance que la beauté existe…”.

J’aime l’expression.

1. Le 22 août 2015,
Cheese-eating surrender monkey

“Société d’admiration mutuelle” (SAM) on dit en principe mais il faut pas demander à des Québécois d’être trop cultivés ceci dit sans arrogance.

2. Le 22 août 2015,
Laurent Gloaguen

Je n’avais croisé aucune d’entre elles ; les deux me conviennent.

Blah ?

T’as vu son vélo ?

Olivier et son vélo

T’as vu mon vélo ?

1. Le 22 août 2015,
Cheese-eating surrender monkey

En fait il y a plus con que les chats : les cyclistes (une prochaine fois j’évoquerai les cyclistes à chat et recto verso).

2. Le 23 août 2015,
karl, La Grange

J’aime les chaussettes

3. Le 24 août 2015,
Joachim

Merci :)

Blah ?

Big List of Naughty Strings

The Big List of Naughty Strings is an evolving list of strings which have a high probability of causing issues when used as user-input data. This is intended for use in helping both automated and manual QA testing.

Exploits of a mom

Illettrisme politique

Nous savions déjà que 19 % de notre population est totalement illettrée et que 34 % sont “analphabètes fonctionnels”. C’est-à-dire qu’un Québécois sur deux ne sait, ou à peine, lire et écrire. Nous apprenons aujourd’hui que 20 % des Québécois ignorent que ce sont les conservateurs qui sont au pouvoir au Canada, cet état de fait n’étant pas des plus récents (depuis 2006 !). En outre, les plus politiquement incultes sont les 18 à 34 ans et les femmes.

Voilà qui n’est pas gai.

1. Le 22 août 2015,
Cheese-eating surrender monkey

Pareil en France, à peu près 24% des gens croivent qu’ils sont gouvernés par les socialistes d’après le dernier baromètre de François Hollande.

Blah ?

Deal with it

Donald Trump

“Every time somebody says I made a mistake, they do the polls and my numbers go up,” Trump says. “So I guess I haven’t made a mistake.”

1. Le 22 août 2015,
Cheese-eating surrender monkey

Il y a quelque chose de Jean-Marc Ayrault chez lui, ça doit être la couleur des ch’veux et le menton fuyant.

2. Le 23 août 2015,
Pôvre âme solitaire

Non c’est les yeux d’acier qui font la ressemblance.

Blah ?

Kįrrįnn o’lįč-įnn

Martín Gusinde, 1923

Martín Gusinde (1886-1969), originaire de Silésie, ordonné prêtre en 1911, souhaitait devenir missionnaire en Nouvelle-Guinée à la découverte de tribus exotiques, mais il est envoyé par ses supérieurs dans une école allemande de Santiago. C’est là qu’il découvre que le Chili a aussi ses peuplades sauvages, sur la Terre de Feu. Il va a leur rencontre de fin 1918 à 1924 et en ramène des témoignages photographiques. La Terre de Feu était celle des Selk’nams, peuple de chasseurs-cueilleurs semi-nomades. Vers 1880, des propriétaires d’estancias ont commencé à coloniser leurs terres ; la résistance des Selk’nams entraînera un génocide. Armés seulement d’arcs et de couteaux, il ne pouvaient lutter contre des milices dotées d’armes à feu. Famine et maladie aidant, leur population passa de 4000 en 1880 à quelques centaines de réfugiés autour de missions salésiennes en 1910. On se rappellera de l’ingénieur juif roumain Julius Popper (1857-1893), chasseur d’or sanguinaire, qui se voulait le moderne conquistador de la Terre de Feu, et qui organisa des parties de chasse au sauvage qui tenaient du pogrom, donnant des primes à qui rapporterait des oreilles ou des têtes de Selk’nams.

L’un des tout derniers des Selk’nams était une femme, née vers 1900, Ángela Loij ; elle est morte en 1974 et le langage de son peuple s’éteindra en 2014 avec son dernier locuteur, qui ne connaissait plus que quelques mots, une métisse de mère ona née dans à l’estancia Viamonte, Herminia Vera. Certains essaient toutefois de préserver la mémoire de la langue.

Selk’nam voudrait dire “égaux et séparés”.

Les photos de Gusinde sont souvent des reconstitutions, les nomades réfugiés dans des baraquements autour des missions se prêtant à recréer les scènes, costumes et rites de leur vie passée. Environ 1200 images ont été conservées, pour l’essentiel à l’institut Anthropos, et font l’objet d’un premier beau livre édité chez Xavier Barral.

En 1926, Gusinde obtient un doctorat d’anthropologie à Vienne et partira étudier les Pygmées du Congo. Un musée lui est dédié à Puerto Williams sur l’île Navarino.

L'esprit des hommes de la Terre de Feu, Selk'nam, Yamana, Kawésqar

Martín Gusinde, 1923

Martín Gusinde, 1923

Martín Gusinde, 1923

(Ángela Loij, denière des Selk’nams, figure au centre de cette photographie de 1923.)
1. Le 19 août 2015,
zelda

Vu sur le sujet une super expo photo aux rencontres de la photo d’Arles cette année. Je ne savais pas que c’étaient des reconstitutions, par contre.(pas lu tous les cartons non plus…-écrits tout petit, c’est pénible à nos âges…). Je recommande de venir voir les tirages, de beaux noirs et blanc, vraiment mieux que sur un écran (m’ont fait penser à “Dead man”). Merci pour ce complément d’informations, en plus je comptais retourner voir l’expo.

2. Le 20 août 2015,
lolosquared

Dieu sait si on se fait souvent chier à Arles, aux rencontres photographiques. Rien que cette expo, ça vaut le prix du billet (29 euros). Les photos sont bouleversantes et d’une incroyable qualité. Chapeau bas.

3. Le 20 août 2015,
boronali

Beau et poignant.

A quand le jour où un ‘étranger’ posera le même regard sur l’agonisante humanité ?

Allez, bientôt la quille (vu l’accumulation des désastres ‘faits maison’) !

4. Le 22 août 2015,
Cheese-eating surrender monkey

On a un peu l’impression que la dernière photo c’est juste pour donner le change.

Blah ?