Journal de bord

dimanche 29 octobre 2006

On aime…

“On aime comme on a été aimé”. [Jean-Louis Aubert.]

J’ai beaucoup été aimé.

Des amours d’une qualité rare. Presqu’à en avoir honte, vergogne de mériter tant d’honneur. Je crois que je n’ai jamais été si heureux que quand j’ai su recevoir cet amour. Recevoir, donner, cela n’a rien d’évident. Et recevoir est parfois plus difficile que donner.

Mais, j’en suis sûr, on aime comme on a été aimé. Et, on ne donne jamais assez d’amour, moi, le premier. Le don de soi, le partage, n’est pas inné, il n’est pas animal, il s’apprend, il s’acquiert. Avant d’être aimé, il faut savoir aimer, c’est un cercle vicieux. “On aime comme on a été aimé”, voilà des mots simples qui vont longtemps trotter dans mon esprit… J’ai tant d’amour, si vous saviez, mais, je le cache bien, c’est trop précieux. J’ai sans doute tort.

1. Le 29 octobre 2006,
MQ

Meuh non. Tu essaies de la cacher. Mais ça se voit quand même :)

2. Le 29 octobre 2006,
padawan

C’est un cercle vertueux, mon ami :-).

3. Le 29 octobre 2006,
Je est un autre

Le véritable Amour laisse des traces indélébiles qui marquent notre existence à tout jamais.

4. Le 29 octobre 2006,
Franck

L’amour a ceci de remarquable que plus on en donne plus on en a a donner. Il faut persévérer ;-)

5. Le 29 octobre 2006,
Maitre Eolas

Je t’ai déjà dit mille fois qu’entre toi et moi, c’est impossible.

6. Le 29 octobre 2006,
Laurent

Je commence juste à en faire le deuil, Eolas.

7. Le 29 octobre 2006,
Nawal

Un des trop rares beaux moments de cette émission nocturne que je n’arrive pas encore à cerner … ou pas !

8. Le 29 octobre 2006,
Dayom

Excellente émission d’ailleur … Et cette chanson est vraiment une de ses plus belles :).

(Juste comme ça, c’est grave de tout le temps être de l’avis de Zémour non ? >.<)

9. Le 29 octobre 2006,
Édouard

Ce beau billet m’a tout de suite rappelé les paroles de la dernière chanson des Beatles, publiée en 1969: « And in the end, the love you take is equal to the love you make ».

Et en ce qui concerne Éolas, c’est bien dommage…

10. Le 29 octobre 2006,
brem

Moi je commencerais pas faire en sorte que les browsers actuels supportent les standards actuels de XHTML1.0 et CSS3.

Quand ça ça fonctionnera bien partout…

11. Le 29 octobre 2006,
Eolas

… et l’oscar du commentaire hors sujet est attribué à…

12. Le 31 octobre 2006,
lolosquared

Perso, je préfère aimer qu’être aimé. secondo, je renvoie à Thomas Mann in “Tonio Kröger”, je cite de mémoire “celui qui aime le plus fort est faible et doit souffrir”, c’est vrai, c’est carrément romantique dix-neuvième-esque à mort mais en ce qui me concerne, j’ai tjs vérifié la véracité de cette équation. On n’aime jamais comme on a été aimé. Quel intérêt ?

Blah ?

Ré-inventer HTML

Tim Berners-Lee lance la ré-invention de la roue du HTML, ce qui va animer longuement les discussions dans les chaumières du Landerneau des standards : “Reinventing HTML”. Quelques passages forts, traduits par mes soins :

“Créer des standards est un travail difficile. Difficile car il implique d’écouter les gens et de se figurer ce qu’ils veulent exprimer, c’est à dire comprendre d’où ils viennent, comment ils utilisent les mots, etc.”

[…] “Avec plusieurs années de recul, certaines choses sont plus claires. Il est nécessaire de faire évoluer HTML de façon incrémentale. La tentative de faire basculer tout le monde au XML, incluant le guillemetage des valeurs d’attributs, les “/” des éléments vides et les espaces nominatifs, tout cela à la fois, n’a pas fonctionné. Le grand public qui produit du HTML n’a pas bougé, principalement parce les navigateurs ne se plaignent pas. Quelques larges communautés ont fait le pas et goûtent les fruits des systèmes bien formés, mais pas toutes. Il est important d’entretenir HTML de façon incrémentale, tout en continuant la transition vers un monde “bien formé” dont on accroît la puissance.”

“Le projet est de créer un groupe de travail entièrement nouveau sur HTML. Contrairement au précédent groupe, celui-ci sera conçu pour réaliser des améliorations incrémentales de HTML, et, en parallèle, de xHTML. Il sera mené par une équipe différente. Il travaillera à la fois sur HTML et xHTML. Nous avons un fort soutien pour ce groupe, venant des nombreuses personnes avec qui nous en avons parlé, y compris les créateurs de navigateurs.”

[…] “Il y a également le projet de créer un groupe XHTML2 séparé, XHTML2 sur lequel le précédent groupe HTML travaillait. Le travail sur XHTML2 ne dépendra pas de celui effectué sur HTML.”

Alors, HTML 4.1 ou HTML 5.0 ? Que va devenir WHATWG ? Vont-ils intégrer le nouveau groupe HTML ? XHTML2 va-t-il survivre ? Beaucoup de nouvelles questions… Quelle saga…

De son côté, Daniel Glazman semble bien décidé d’avoir la peau du canard… “Let XHTML 2 rest in peace, /dev/null is full of programs and specs that never made it. It happens, and it’s never a shame.”

“I’m going to ask commenters to be respectful of the groups, as always.” Tim BL.

Pour sa part, Karl Dubost répète son mantra, “Sois zen. Sois zen. Sois zen…”

1. Le 29 octobre 2006,
Maitre Eolas

J’adore ce genre de billets où je ne comprends rien, mais où je sais que ça va vite dégénérer en prises à partie entre geeks. Je me fais infuser un Ti Kuan Yin, et je m’installe confortablement.

2. Le 29 octobre 2006,
Laurent

Meuh non, nous sommes entre gens civilisés…

3. Le 29 octobre 2006,
Deeder

J’étais entrain de lire l’article au moment où j’ai vu ton billet. Je ne sais que penser car je suis un peu pris de court, mais j’ai l’impression de faire un léger bon en arrière. Est-ce vraiment le fait d’avoir une évolutions progressive qui va motiver les gens à changer leur manière de coder ? Je ne suis pas sûr. Plus de mises à jour, plus de temps alloué au développement et au maintient à jour des plateformes, ne pourrait que décourager les webmasters déjà bien fainéants de ne pas s’occuper des normes actuelles.

Je me demande principalement ce qui a motivé ce choix. Est-ce l’échec relatif de l’xHTML 1.1 qui n’a pas eu le succès escompté par faute de support de la part des navigateurs ? Mais avant tout : j’ai un gros doute sur les navigateurs. Vont-ils pouvoir suivre toutes ces nouvelles spécifications et leurs évolutions ? Pour des équipes telles que celles de la Mozilla Foundation je n’en doute pas, mais qu’en est-il pour les équipes d’IE si friands des mises à jour de leur logiciel (à savoir plus de 7 ans qui sépare les deux versions d’IE himself)

Bref, to be continued…

4. Le 29 octobre 2006,
AlbertD

Le retour à X11 pour tout le monde, du VT220 pour les pauvres, et c’est tout. Na.

5. Le 29 octobre 2006,
padawan

Ca peut courir encore combien de temps un canard décapité ?

6. Le 29 octobre 2006,
Bob Marcel

Eolas : Si j’ai bien compris (car je baragouine le geek) le W3C a moulé un gros cake nommé XHTML 2 (surnommé le canard) sensé être la nouvelle version du HTML, le langage qui sert à créer des pages web, c’est dire si le sujet est important. Un groupe de dissidents qui se fait appeller le WHAT Working Group pense que ce nouveau standard est un compromis mou mal ficelé, non compatible avec le standard précédent, et a donc décidé de travailler de son coté sur ce langage. Ce groupe n’étant pas formé que de lopettes, le W3C semble considérer qu’ils n’ont pas tout à fait tort et va donc créer un groupe de travail, mais il ne semble pas encore décidé à tuer completement le xhtml 2.

Le probleme est : qu’est ce que le navigateur majoritaire, Internet explorer, va implémenter, et surtout : quand ?

7. Le 29 octobre 2006,
karl (Japon, JST)

@padawan: Cela dépend de qui tient les fils de la marionnette. :p

8. Le 29 octobre 2006,
clb56

NON !!!

L’important c’est de savoir qui est la marionette dont les gourous pensent tenir les fils…

… Ils ont tant à nous apprendre et si peu à dire.

Tout ceci n’est qu’une vaste farce.

9. Le 29 octobre 2006,
Nicolas

Il faut du temps pour faire un deuil :-) Je pense que M. Berners Lee le sait bien ;-)

10. Le 29 octobre 2006,
karl (Japon, JST)

Ainsi parlait Karl de La Grange (et pas le W3C):

XHTML 2.0 a toujours un marché potentiel et des fonctionnalités trés intéressantes comme RDF/a. Le langage est à mon avis pas allé assez loin dans la rupture avec l’existant, ce qui n’a pas donné un canard, mais plutôt un ornythorinxe.

Mon principal problème avec la spécification Web Apps 1.0 du WHAT WG, c’est quelle est difficilement lisible, très geek au niveau de l’ajout sémantique et surtout qu’elle ajoute des éléments qui donnent un langage encore plus complexe à implémenter, un peu comme un bâtiment à la Gaudi plutôt que Lego (TM).

Mais tout ceci n’est pas insoluble et peut-être amélioré. J’y vois surtout l’opportunité de faire un contrôle qualité très strict, avec des « test cases » pour chaque fonctionnalité avant même d’arriver en CR.

En tout cas, un des billets que j’apprécie le plus dans ce que j’ai pu lire ce week-end est celui de glazou, qui confirme que « he is of good will » J’ai parfois pas l’impression d’autres commentaires que j’ai pu lire.

Ah oui aussi. Il ne faut pas se voiler la face. Le travail difficile commence maintenant… pour tout le monde. Ouvrir une opportunité est une chose, que tout le monde sache la saisir et soit fairplay en est une autre et cela n’importe où à l’intérieur et à l’extérieur du W3C.

Mais c’est excitant en effet ce qui se passe et cela montre que les efforts titanesques ne sont parfois pas vains.

11. Le 29 octobre 2006,
Eolas

Slurp.

(Se ressert une tasse de thé)

12. Le 30 octobre 2006,
Bob Marcel

karl : n’écrit-on pas plutôt « ornithorynque » ?

13. Le 30 octobre 2006,
Patrick

Oui, oui Il s’agit d’un mammifère monotrème d’Australie et de Tasmanie, amphibie et ovipare, à fourrure brune, à bec corné et aplati comme celui d’un canard, à pattes palmées munies de griffes et à longue queue plate

14. Le 30 octobre 2006,
karl (Japon, JST)

Certainement Bob Marcel, j’ai dû m’y reprendre à 4 fois et puis j’ai laissé tombé. J’ai dû faire un mix inconscient avec la version anglaise ornithorhynchus (plus connu sous le nom de platypus)

15. Le 30 octobre 2006,
karl (Japon, JST)

Peut-être plus intéressant pour Eolas : Internet Governance Forum

16. Le 30 octobre 2006,
Jean

Quelques questions sur le sens des mots.

@ Bob Marcel. Y a-t-il du sens à introniser le « canard » comme nouvelle version du HTML ? En ce cas c’est ce qui serait contesté par une partie du public guique. Doux Jésus ! Ça n’a pas de sens ! Ça ne rime à rien ! Ou alors n’est-il que supposé (censé) devenir la nouvelle version du html ?

@ Karl. Est-il opportun « de faire un contrôle qualité très strict… » ? Est-ce bien le moment ? Est-ce bien à propos ? Ou alors s’agit-il profiter de l’occasion ?

L’ornythorinXe avec un grand « X » comme dans XML eût été plus joliment typographié et plus guiquement correct.

Bref la situation est déjà assez complexe, inutile d’ajouter à la confusion pour plaire à Maître Eolas, il n’a pas besoin de ça pour prendre son plaisir.

17. Le 31 octobre 2006,
Lambda

Moouuuai… mais on fini par en revenir toujours au même problème : l’outil pour créer quelque chose et l’outil pour le lire. Pour le Web, c’est l’éditeur et le navigateur. Pour la vidéo, c’est le camescope et le magnétoscope… Il faut que les deux aient un minimum en commun, et c’est souvent au final un peu n’importe quoi ! (pour des raisons historiques, des raisons de compatibilité, etc.)

18. Le 31 octobre 2006,
karl (Japon, JST)

@Jean: C’est un long débat potentiel, mais oui c’est nécessaire. Je peux faire court et m’arrêter ici. Ou expliquer plus en détails ce que j’entends par plus strict.

Cela n’a rien à voir avec le W3C d’ailleurs. Mais plus avec le développement des technologies. Développer une technologie doit s’accompagner à mon avis du plaisir des développeurs, sans l’envie et l’excitation de création des développeurs, on ne tire pas les applications en avant. Derrière chaque codeur, il y a avant des personnes qui aiment ce qu’ils font.

Pour avoir du fun avec une technologie en développement, il faut avoir de quoi à se mettre sous la dent et la prose d’une spécification, c’est chouette, mais ce n’est que la partie cachée de l’iceberg.

Une technologie se teste vraiment en implémentant, et pour cela, il faut… des tests. Donc ne plus sortir à nouveau une version de HTML sans la suite de tests qui l’accompagnent et cela le plus tôt possible pas seulement en bout de courses. C’est un peu chiant à faire un test case, mais qu’est-ce que c’est plus générateur de sens pour le développeur. D’une il peut commencer à jouer et avoir du plaisir et surtout quand il y a une différence d’interprétation de la prose, il y a quelque chose sous la dent sur lequel on peut débattre par l’implémentation.

Autre chose. Développer un modèle pour le parsing de HTML qui soit accepté par tous. C’est à dire que chacun des implémenteurs, voila ce que l’on considère être le modèle d’un document HTML, voila comment on le traite et voila comment on gère les erreurs quand on a de la soupe de balises. Tout ceci de façon à pouvoir mieux traiter le document, et donc l’améliorer. Par exemple, aujourd’hui si tu veux passer HTML tidy sur un document vraiment pourri, tu n’améliores pas beaucoup les choses.

Donc oui tout cela est important. Ne pas oublier aussi que toutes les erreurs ou les oublis faient en amont du développement de la technologie a des conséquences sur des milliers de gens qui vivent de la technologie, agences Web, concepteurs de CMS, développeurs de logiciels, etc et au final sur les utilisateurs. Donc oui c’est important d’être plus strict en amont, pour être plus relax, plus cool en amont.

19. Le 31 octobre 2006,
Raphael

HTML, XML, XHTML voila l’ordre dans lequel j’ai abordé ces technologies. Et c’est peut etre cela le probleme. On est passé du coq à l’ane trop tot.

La conversation a été trop lourde, trop contraignante aux yeux des clients indecis, eux meme en mutation constante. Bref tout ça pour en revenir entre la technologie a proprement parlé et l’appropriation des technologies. Cela du temps et des outils adaptés.

Un outil peut etre fabuleux mais s’il n’est pas utilisé ou que trés peu, il aura du mal a etre accepté, recommandé et donc distribué aux acteurs web.

Or les agences web ont des livrables à rendre à leurs clients et qui respectent des delais, un cout et une qualité decoulante.

Sur internet, tout va tres vite et les outils peuvent etre presqu’entierement gratuit. A partir de la, la qualité est souvent aleatoire.

Et la est peut etre le probleme. Les languages web sont des languages de documentation, d’information. Il n’a pas été fait pour l’interaction : le jeu et les univers en ligne sont tres loin des standards, ils apparaissent un peu comme des univers proprietaires.

HTML et ses descendants sont des balises semantiques auquels ont implemanté des attributs graphique que l’on a finis par completement deporter dans la CSS avec le compromis qu’est le XHTML.

Mais cette separation du fond et de la forme n’a pas été compléte.1. les integrateurs, webmasteurs utilisent ou non des editeurs WYSING plus ou moins respectueux des standards. 2. les editeurs de browser et ceux de l’edition ont préféré garder leur differenciation sans doute dans un soucis de fidélisation.

L’ajax essaye bien de passer des briques fonctionnelles de maniere cross-browser mais cela est souvent un gros travail meme si des frameworks existe maintenant. Il finira bien par en resulter une normalisation.

Peut etre que le W3C doit donc en rester aux normes actuelles en ce qui concerne la semantique, laissant la mission aux editeur de proposer des outils plus respectifs de ces standards et qu’il devrait se concentrer sur la normalisation de l’interactivité (en partant de Javascript ECMA par exemple.

Enfin pour terminer, je pense que le web tel que l’on connu via le PC est mort. Le reseau mobile va prendre le pas. Il y a deja plus de telephone mobiles que de PC dans le monde. Il est temps que l’acces a l’internet mobile se structure, se normalise et s’ouvre. C’est un sacré challenge pour tous les acteurs du marché: les opérateurs, les fabriquants de terminaux et les prestataires de services. En fin de compte, ce n’est pas tant un probleme de re-inventer le html mais plutot de bien delimiter les languages metiers XML (a l’instar de KML) des années à venir.

20. Le 2 novembre 2006,
Daniel Glazman

Enfin pour terminer, je pense que le web tel que l’on connu via le PC est mort. Le reseau mobile va prendre le pas

Je n’y crois pas une seule seconde.

Blah ?