Journal de bord

jeudi 24 janvier 2013

Stealing is stealing

Un éditorial bien réactionnaire du Globe and Mail

[…] Mr. Al-Khabaz insists he was concerned about the safety of Dawson’s data and points out that he never tried to hide when confronted and never tried to steal any data. Dawson insists that the 20-year-old student continued his hacking in spite of warning him not to, and that it has a duty to uphold its rules. Dawson’s officials are right: Rules exist for a reason, and students cannot expect to break them without consequence. Why have them, otherwise?

The international hacking community is currently up in arms after the suicide of Aaron Swartz, an Internet pioneer who fought for the release of data on the Internet that he considered to be public. Swartz, who had a history of depression, was facing a slew of charges for allegedly downloading publicly funded academic journals from a large database that charged a fee for access. His family and supporters blame overzealous prosecutors for his death; the prosecutors insist – again, quite rightly – that “stealing is stealing.”

In the age of the Internet, the massive downloading for free of music and movies and other copyrighted material has muddied the waters for many people. They seem to have forgotten that privacy rights and copyright laws are among the foundations of our economy. These are things that are not to be shoved aside by the absolutism of Internet activism.

Globe and Mail: “When did it become wrong to punish hackers?”

Pendant ce temps, la voleuse Margaret Wente est toujours employée par le Globe and Mail. “Stealing is stealing…” Sa dernière chronique explique que les politiques contre le réchauffement climatique font autant de mal que le réchauffement climatique. Nous supposerons que le vénérable quotidien a besoin de faire de la page vue ces temps-ci…

Cat lobby

La parallèle entre les défenseurs des chats et ceux des armes à feu me paraît tout à fait intéressant.

The Atlantic : “The End of Cats: An Interview With the New Zealand Economist Calling to Eliminate All Kitties.”

Je pense qu’il faudrait éliminer les chats errants et imposer des amendes aux propriétaires qui laissent leurs chats en liberté.

Pouvoir poser des pièges dans son jardin et de livrer les chats capturés à un centre d’euthanasie me semble aussi souhaitable. Surtout pour les salopards qui confondent mon jardin avec une gigantesque litière publique.

(Je propose également de taxer la publication de photos de chats sur Internet afin de financer la création ainsi que l’accessibilité au haut-débit pour tous.)

1. Le 25 janvier 2013,
manu

Hey oh la constitution indique clairement qu’une armée de chatons est nécessaire à la sécurité d’un État libre.

2. Le 25 janvier 2013,
Hoedic

Tu oublies la vérification des antécédents pour pouvoir posséder un chat. Toute personne ayant un jour laissé un chat sortir dehors (ainsi que les fous) ne devraient pas pouvoir posséder de chat.

3. Le 27 janvier 2013,
Jean

Les chats c’est un peu comme les pédés. Quand il y a un ça va… C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. En ce dimanche de manifestation nationale, c’était la pensée du jour.

Blah ?

La saga continue…

[Rive sud de Montréal.]

Commentaire con du jour

Je lis rarement les commentaires sur les sites de presse, afin de préserver le peu qu’il me reste de philanthropie.

Mais je suis accidentellement tombé sur celui-ci, sur un billet de Richard Martineau, et j’ai ri :

« Un débat très intéressant sur le mariage homosexuel entre Caroline Fourest (intellectuelle laïque et lesbienne) et Frigide Barjot (militante catho et hétéro). »

Pourquoi n’appelez-vous pas Brigitte Bardot par son vrai nom et ne dites-vous pas, catholique et hétérosexuelle ? Tandis que pour Caroline Fourest, vous démontrez plus de respect en écrivant son nom correctement et en y ajoutant très poliment : intellectuelle laïque et lesbienne — sans raccourci — ! Votre point de vue défavorable envers Brigitte Bardot paraît, gros comme le bras, au tout début de votre billet et nous montre, sans équivoque, vos préférences sur la question !!

Je n’ai pas le temps d’écouter l’entrevue en question — d’ailleurs a-t-on besoin de l’entendre —, mais je le répète : Que les homosexuels se marient s’ils veulent pourvu que ce ne soit pas dans ma cour — comprendre mon Église — je fais partie de l’Église catholique romaine et je suis pratiquante !!

G. Fecteau.

1. Le 25 janvier 2013,
TDM

Haha merveilleux :)

Le pompon c’est quand “Maurice B” se met à prendre la défense dudit G. Fecteau…

2. Le 25 janvier 2013,
Eric

Sur le même fil, les commentaires (nombreux) d’un certain Steve Harvey-Fortin, témoin de Jéhovah à moins que ce ne soit de Gévéor, valent leur pesant de poil-à-gratter.

Extrait :

Vous mélangez les choses puisque le femme doit encore aujourd’hui envers son mari un profond respect et soumission lorsque celui-ci est un bon mari, sinon le mariage fou le camp et devient un divorce. mais il y a des personnes qui aiment se faire manipuler par leurs femmes qui profitent des erreurs de leurs maris pour se hisser à la place de l’homme.

Le reste est à l’avenant. #LeCulLesRonces toussa…

3. Le 25 janvier 2013,
Laurent Gloaguen

Ah oui, on tient une pépite là… J’aime bien son commentaire :

@ Dominique Lavoie Je n’ai pas de commandement à recevoir de vous sur des questions spirituelles et encore moins de la part d’une femme.

Blah ?